Comment la numérisation de la société complique la vie des analphabètes

"Rosa n’est pas bien. Elle est malade. Elle désire prendre un rendez-vous chez un médecin. Cela se fait en ligne, sur Internet. Rosa va à la consultation au centre médical. La secrétaire ne trouve pas son inscription. Le numérique, c’est fantastique. Pour Rosa, qui ne sait ni lire ni écrire, c’est souvent problématique. En Belgique, un adulte sur dix a des difficultés pour lire et écrire. Le saviez-vous ?"

Cette citation est extraite d’une vidéo (à voir ci-dessous) racontant la vie de Rosa, analphabète. Celle-ci doit faire face de plus en plus à la numérisation de la société : prendre un rendez-vous chez le médecin, réserver une activité, aller à la commune… Sylvie Pinchart, directrice de l’association Lire et écrire, qui a mis en ligne ces vidéos, était l’invitée de Matin Première ce mardi.

En Belgique, on estime qu’un adulte sur dix a des difficultés à lire et écrire. "C’est une estimation que Lire et écrire fait de manière très prudente à partir d’enquêtes internationales menées sur d’autres territoires. C’est surprenant dans des sociétés où l’enseignement est obligatoire, observe Sylvie Pinchart. En fait, quand on parle d’inégalités scolaires, il faut se rendre compte qu’au bout du compte, il y a des personnes qui sortent de l’enseignement obligatoire sans la maîtrise de la lecture, de l’écriture, du calcul, de l’ensemble du bagage équivalent au CEB. Une autre situation, ce sont les personnes qui viennent de l’étranger et qui ont été soit scolarisées dans leur pays d’origine, soit peu scolarisées, soit pas du tout scolarisées. Elles sont parfois non francophones en plus, donc l’enjeu pour elles est à la fois d’apprendre à parler français et d’apprendre la lecture, l’écriture et le calcul."

La société évolue, les compétences nécessaires pour vivre dans cette société aussi. Outre l’écriture et la lecture, il faut maintenant maîtriser les outils numériques. "Il y a là un véritable enjeu à ce que l’ensemble de la population, y compris les personnes analphabètes, puisse être partie prenante de la transition digitale et de la dématérialisation. Il y a donc là une superposition de difficultés et la Fondation Roi Baudouin l’a par exemple montré récemment.


►►► À lire aussi : 40% des Belges ont des compétences numériques faibles


Dans ce contexte, "il y a vraiment une inégalité dans l’accès aux ressources numériques, que ce soit la connexion Internet ou l’accès à un ordinateur. Il nous semble alors qu’il y a moyen d’agir au niveau des pouvoirs publics. Le coût des connexions est vraiment un frein important. Ce qu’on se rend compte aussi sur notre terrain, c’est que toute une série d’usages des outils numériques est vraiment compliquée pour les personnes en situation d’illettrisme."

Sylvie Pinchart cite alors "tout ce qui touche aux e-mails ou remplir un formulaire de l’administration. Là, non seulement il faut un ordinateur, mais en plus il faut pouvoir maîtriser les compétences nécessaires à remplir un formulaire. C’est donc très compliqué. Ce qu’on voit auprès des apprenants qui fréquentent Lire et écrire, c’est qu’ils utilisent beaucoup plus volontiers le smartphone".


►►► À lire aussi : L'"informaticien public": un outil qui vient en aide aux exclus du numérique


Le confinement a encouragé la numérisation de l’administration. "C’est une accélération, donc nous aussi on accélère, affirme la directrice de l’association Lire et écrire. Il faut vraiment attirer l’attention de l’opinion publique sur cette question-là, que les personnes en situation d’illettrisme puissent être parties prenantes, et d’autre part que l’exercice de leurs droits soit garanti. Si l’accès aux services publics et aux services de première ligne se fait nécessairement par Internet, on exclut de fait toute une partie de la population. On est donc bien sur un enjeu d’exercice des droits fondamentaux. Nous pensons que la question doit être prise en compte par les acteurs et par les acteurs politiques pour avoir une ambition et une exigence d’accessibilité."

D’autant que, souligne Sophie Pinchart, "tout le monde peut apprendre, tout le monde peut progresser et une difficulté qui a été rencontrée à un moment donné dans sa vie peut être dépassée".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK