Comment Facebook capte vos données

On dit souvent que Facebook connaît tout de vous, que le réseau vous connaît mieux que votre propre mère. Ou votre copine.
Ou votre copain. Qu'en est-il réellement? Il y a un moyen très simple de le savoir: demander directement à Facebook lui-même. 

Dans vos paramètres généraux, vous pouvez introduire une demande pour télécharger vos données. Endéans quelques minutes, vous recevrez une notification: vos données sont prêtes à être téléchargées. Ce dossier sera plus ou moins lourd en fonction de votre ancienneté sur le réseau social, de votre activité et de votre manière de protéger vos données. 

C'est gratuit, c'est vous le produit

Notre journaliste est présent sur Facebook depuis 2007. En 11 ans d'activités, le réseau social a collecté pas moins d'1,2 giga de données compressées. Colossal! 

Dans ce petit paquet de données, vous retrouverez vos photos, vidéos, conversations Messenger mais aussi l'adresse IP (l'adresse électronique depuis laquelle vous vous êtes connectés) et les villes depuis lesquelles vous vous êtes connectés. 

Le spécialiste en nouveaux médias et professeur invité à l'IHECS, Damien Van Achter, rappelle que ces données sont la valeur de chacun d'entre nous. Nous sommes le produit de ces réseaux accessibles gratuitement, nos données sont une mine d'or qui permettent à Facebook "de vous resservir dans votre fil d'actualités des contenus qui vous correspondent". Ainsi, les données collectées par Facebook mais aussi par Google et d'autres auprès des citoyens de l'Union européennes auraient une valeur de 60 milliards d'euros!

Cambdrige Analytica, simple comme bonjour

Et c'est sur ce principe très simple que s'est basée la firme britannique Cambridge Analytica pour récolter des données via un sondage sur Facebook. Non seulement les internautes qui ont pris part à ce sondage ont vu leurs données être récoltées mais aussi leur entourage. En tout, pas moins de 50 millions de personnes ont été concernées. 

Le meilleur moyen de ne pas donner vos données à Facebook réside donc dans votre prudence lorsque vous êtes sur le réseau social mais aussi "au fait de se déconnecter de Facebook lorsque vous consultez d'autres sites", précise Damien Van Achter.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK