Comment compenser son empreinte carbone lorsqu'on voyage en avion

Un avion Ryanair
4 images
Un avion Ryanair - © PAUL ELLIS - AFP

Plusieurs internautes nous ont contacté après avoir acheté récemment un billet d'avion sur le site de Ryanair parce que, au moment de payer leur billet, le site leur proposait de "compenser l’empreinte carbone de leur vol à hauteur de 1,00 €". Mais ils ne trouvaient aucune information sur la façon dont Ryanair se propose de compenser leur empreinte carbone.

Ryanair a publié le 7 mars sur son site "Corporate" un communiqué mettant en avant sa "nouvelle politique environnementale". On y lit notamment que Ryanair a décidé à partir de 2018 d'offrir la possibilité à ses passagers de faire un don afin de contribuer de manière volontaire à la compensation des émissions de carbone. "Les fonds récoltés grâce à ces dons seront distribués chaque année à des organismes gouvernementaux et à des ONG" dit le communiqué.

La RTBF a contacté le service de presse de Ryanair afin d'en savoir plus, notamment comment était calculée la somme à payer par le voyageur pour compenser son empreinte carbone, quels étaient les organismes qui recevront les fonds récoltés et comment le voyageur qui verse de l'argent peut savoir si son don a bien été utilisé pour compenser son empreinte carbone. Nous n'avons pas encore reçu de réponse.

D'autres compagnies aériennes proposent de compenser le CO2. Par exemple Brussels Airlines, qui en explique tous les détails sur son site.

Comment compenser ses émissions de CO2?

Celui qui veut compenser ses émissions de CO2 ne doit pas nécessairement le faire via le site de sa compagnie aérienne. Le site Ecoconso indique la marche à suivre. Cela se fait en trois étapes. D'abord il faut calculer la quantité de gaz à effet de serre émis. Cela peut se faire, par exemple, via le site belge Greentripper. La deuxième étape consiste à convertir en coût de compensation (en euros) et à proposer un projet de réduction de gaz à effet de serre à soutenir. Et enfin, il faut contrôler le suivi du projet afin d'être sûr que l'argent a bien servi à "gagner du CO2".

Par exemple, selon Greentripper, aller en avion de Bruxelles à New York (aller retour) émet 2491 kg de CO2. Pour compenser l'impact climatique, cela coûte environ 30 euros. Vous pouvez alors verser cette somme, par exemple, à l'organisation belge CO2logic qui l'affectera un projet qui lutte contre la déforestation en Afrique

Qu'en est-il de la "taxe carbone" européenne applicable aux compagnies aériennes?

En janvier 2012, l'Union européenne instaure une "taxe CO2" pour chaque avion qui décolle ou atterrit sur un aéroport européen. Le but est de compenser en partie les émissions de gaz à effet de serre en achetant des quotas de CO2, vendus par les Etats ou par les entreprises qui n'utilisent pas les leurs. Les compagnies aériennes devaient acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2. Mais suite à de nombreuses protestations et boycott, notamment des Etats-Unis, de la Russie, de la Chine ou de l'Inde, cette taxe a été gelée.

Les autorités européennes ont alors décidé de changer de stratégie, tout en gardant cette taxe applicable pour les vols intra-européens. Elles espèrent que l'OACI (Organisation de l'aviation civile internationale) mette en œuvre une réglementation internationale de réduction des gaz à effet de serre émis par le transport aérien. L'OACI a décidé de se donner jusqu'en 2020 pour réguler les émissions de gaz à effet de serre de l'aviation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK