Comment bien choisir son sapin de Noël?

Un Belge sur cinq opterait pour un sapin naturel. Bien sûr il existe de plus en plus de choix face au sapin de Noël traditionnel comme les sapins artificiels ou les sapins alternatifs, où ce qui compte c'est de recréer l'esprit du sapin de Noël chez soi, en faisant appel à sa créativité (bricolages, piles de livres, etc.) ou en le trouvant dans un magasin de bricolage ou dans la grande distribution.

Mais pour ceux qui s'orientent naturellement vers le sapin traditionnel, trois grandes options sont possibles : aller le chercher dans la nature, le choisir dans une pépinière ou dans un grand magasin. En pépinière, le choix est plus large mais les prix sont plus élevés. En grande surface, les sapins sont "standardisés" mais les prix sont plus attractifs. Comment faire le bon choix ? Quels sont les bons plans et les bons conseils ?

Déterminer la taille désirée

Tout d'abord, il faut déterminer la taille désirée pour son arbre de Noël, sa taille. En fonction de la pièce où il sera exposé, certains privilégieront un petit sapin. Ceux qui vivent dan un appartement ou une maison avec pue d'espace. D'autres préféreront au contraire un grand arbre qui ne manquera pas d'attirer l’œil.

La taille standard pour les belges se situer aux alentours de 1,5m et 1,75m. C'est cette taille qui est privilégiée par les réseaux de grande distribution. Une taille standardisée pour les clients belges. Les Allemands ont, par exemple, l'habitude de se diriger vers des arbres plus grands.

Si vous cherchez un sapin plus petit ou plus grand, il faudra en général vous dirigez vers une pépinière.

Le prix du sapin évoluera évidemment en fonction de la taille. Plus il sera grand, plus il sera cher.

Choisir son essence: épicéa, nordmann, fraseri...

Deuxième choix important: l'essence. Tous les sapins ne sont pas les mêmes. En Belgique, on cultive principalement trois essences : l'épicéa, le nordmann et le fraseri. 

L'épicéa, le sapin traditionnel des forêts d'Ardennes

C'est l'essence la plus traditionnelle de nos Ardennes belges. L'épicéa est un sapin "classique". Il est robuste avec un feuillage dense d’un vert franc. Il perd ses aiguilles et celles-ci piquent mais il dégage une odeur agréable. Sa croissance est rapide (4 à 6 années) et s’adapte à un climat rude et humide. Comme il demande peu de soins, il est moins cher que les autres essences. 

Pour le prix, comptez de 20 à 25 euros pour un arbre de taille classique (1,5m à 1,75m). 

Le nordmann, celui qui ne perd pas des épines mais qui n'a pas d'odeur

C'est l'essence qui a le vent en poupe depuis quelques années : le Nordmann. C'est l'essence la plus vendue en Belgique. Il a un gros avantage sur l'épicéa... il ne perd pas ses aiguilles. Mais ce n'est pas tout. Il est équilibré, son feuillage est dense et sa couleur d’un vert foncé brillant. Il a la particularité de conserver ses aiguilles très longtemps et il ne pique pas. Cependant, sa croissance est plus lente et il demande plus de soins que l'épicéa. Résultat, il est plus cher.

Pour le prix, comptez de 35 à 50 euros pour un arbre de taille classique (1,5m à 1,75m). C'est à peu près le double du prix de l'épicéa. Le prix grimpe rapidement en fonction de la taille mais il est disponible dans la grande distribution à des prix très attractifs.

Le fraseri, à mi-chemin entre l'épicéa et le nordmann

C'est une variété plus récente qui est originaire des États-Unis. Le fraseri se caractérise par un feuillage vert foncé et brillant aux revers présentant des reflets argentés. Comme le Nordmann, il ne perd pas ses aiguilles. Il est considéré comme une bonne alternative à l'épicéa traditionnel car il dégage une odeur agréable (plus citronnée). Mais comme le Nordmann, il ne perd pas ses aiguilles. Il pousse rapidement, mais sa croissance nécessite des tailles régulières. Niveau coût, il se situe entre l'épicéa et le Nordmann.

Pour le prix, comptez de 25 à 40 euros pour un arbre de taille classique (1,5m à 1,75m). C'est à peu près le double du prix de l'épicéa. Le prix grimpe rapidement en fonction de la taille. 

D'autres essences moins connues: pungens, omorika ou nobilis

Mais ce n'est pas tout. En plus de ces trois essences plus courantes, il existe d'autres variétés cultivées en quantité beaucoup moins importantes. Des variétés qui sont donc plus difficiles à trouver dans le commerce. 

Le pungens est de la familles des épicéas. C'est un sapin de Noël qui se caractérise par sa couleur gris-bleuté. Très populaire en Allemagne il se caractérise par un branchage relativement raide et des aiguilles piquantes.

L'omorika est également issu de la famille des épicéas. Il est apprécié pour son port plus élancé et une coloration d’aiguilles plus argentée.

Le nobilis est de la même famille que le nordmann et ne perd donc pas ses aiguilles. Par contre, contrairement à son cousin, il dégage une odeur. Il est apprécié pour son aspect bleuté argenté et son feuillage en font un arbre prisé des connaisseurs.

Différents supports possibles: croix, bûche, pots...

Après avoir fait le choix de votre essence, il faudra également penser au support. Une grande partie des sapins se vendent coupés. Pour qu'il tienne droit, plusieurs options sont possibles.

La traditionnelle "croix" perd du terrain d'année en année. Si le principe est simple et économique, deux latte de bois croisées et clouées sur le pied du sapin pour le stabiliser, le résultat n'est pas toujours esthétique. Parfois offerte, il faut généralement compter entre 3 et 10€ supplémentaires en fonction de la hauteur du sapin.

La "bûche" a de plus en plus le vent en poupe. Ce morceau de bûche coupé en deux et creusé pour y faire rentrer le pied du sapin attire de plus en plus de clients. Plus esthétique, elle assure une bonne stabilité de l'arbre de Noël. Comptez environ 5€ de plus.

Il y a également des supports réutilisables. En plastique, parfois en métal, les supports réutilisables sont vendus en jardinerie, en magasin de bricolage ou en grande surface. Généralement plus cher que la croix ou la bûche, il y en a à tous les prix. L'avantage, l'investissement est rentabilisé d'année en année.

Et puis, il y a le pot. Certains sapins sont vendus en motte ou en pot. Cela permet de mieux le conserver mais aussi d'éventuellement aller le replanter au printemps. Un choix plus respectueux de l'environnement mais un peu plus contraignant. Attention aux changements de températures si vous souhaitez maintenir l'arbre en vie. Renseignez-vous avant d'opter pour cette option.

S'orienter vers la grande distribution, ou pas

Une grande partie des acheteurs belges choisissent un sapin de type Nordmann. Une solution pratique car il évite la corvée de ramassage d'aiguilles. Et la grande distribution a bien compris cette tendance. Elle propose donc des arbres de Noël à des prix particulièrement attractifs. 

Si vous avez opté pour un arbre de taille standard (1,40m à 1,75m) et que vous ne souhaitez pas investir trop d'argent dans l'achat du sapin, des enseignes vous proposent des Nordmann dès 19,99€. Certaines vous offrent même une réduction de 15€ en bon d'achat avec la carte client du magasin. Cela revient donc à 5€ le sapin. 

Mais à ce prix là, vous n'aurez évidemment pas des arbres de première qualité. La grande distribution a fait du sapin de Noël un produit d'appel avec des prix bradés, obtenus en négociant sur de gros volumes avec les producteurs. À ce prix, le choix se fait parmi des arbres qui ont quelques défauts. Mais si vous ne cherchez pas un sapin impeccable, c'est un choix économique.

Quelques conseils pour garder votre sapin et l'acheter au meilleur prix

Vous vous êtes décidé, vous avez été acheté votre sapin de Noël et vous êtes prêt à le décorer. Attention, pas si vite... Si vous désirez conserver votre arbre le plus longtemps possible et dans un état optimal jusqu'à la fin des fêtes, voici quelques petits conseils :

  • N'achetez pas votre sapin trop tôt. Si vous vous laissez séduire par un Nordmann, votre arbre tiendra facilement un mois. Si vous optez pour un épicéa, mieux vaut attendre le dernier moment. Un sapin en pot se conservera mieux mais demande des soins spécifiques, ne l'oubliez pas.
  • Arrosez votre arbre de Noël. Même un sapin coupé a besoin d'eau. Vous pouvez l'humidifier par pulvérisations. Certains jardiniers conseillent même d'installer une coupelle sous le pied pour permettre une bonne humidification.
  • Choisissez bien son emplacement. L'endroit où vous laisserez votre sapin est un élément essentiel. Si l'endroit idéal dépend évidemment de la configuration de votre pièce, il existe des lieux à éviter absolument pour éviter de voir votre sapin péricliter rapidement. Évitez les abords des radiateurs et des autres sources de chaleur ainsi que les pièces où il ya de grands changement de températures.Évitez également la proximité directe avec une baie vitrée. Les UV du soleil risquent de dessécher votre sapin. Enfin, ne placez pas votre arbre dans un lieu de passage ou dans un courant d'air. Au risque de le voir tomber.
  • Payez moins cher en allant à la source. Enfin, si vous avez décidé de faire votre choix dans une pépinière, sachez que les prix sont plus attractifs à la source. Plus on s'éloigne de nos Ardennes, plus les prix grimpent.
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK