Comité de concertation: salaire garanti pour les travailleurs "titres-services" lors de situations dangereuses

Le Comité de concertation réuni ce vendredi se penche à nouveau sur les mesures liées au Covid-19. De premières décisions sont déjà tombées peu avant 17h. Parmi elles : l’autorisation, pour les travailleurs du secteur des titres-services, de suspendre leurs prestations devant une situation sanitaire dangereuse. Et ce, en conservant la totalité de leur salaire.

Pour les travailleurs de ce secteur, le risque de se retrouver en présence de personnes infectées est en effet particulièrement élevé. 

" De nombreux travailleurs n’ont parfois pas d’autres choix que de commencer leur prestation alors qu’ils doivent travailler en contact avec de nombreuses personnes, qui ne portent pas le masque, dans une pièce exigüe et mal ventilée et donc s’exposer à des risques pour leur santé. C’est inacceptable," note le ministre fédéral du Travail Pierre-Yves Dermagne dans un communiqué de presse. 

100% du salaire conservé 

Ces travailleuses auront désormais "le droit d’évaluer la situation. Une travailleuse, qui ne se sent pas en sécurité, aura le droit de suspendre sa prestation, moyennant un contact préalable avec leur employeur, tant que le problème persiste", précise le communiqué. "Une travailleuse aura donc le droit de ne pas reprendre le travail si aucune mesure n’est prise rapidement pour y remédier. Une décision qui n’implique aucune conséquence financière : elles conserveront 100% de leur salaire."

Par ailleurs, ajoute le ministre, " les employeurs seront désormais tenus de leur fournir un masque chirurgical jetable par prestation. Avec un masque supplémentaire si la prestation dépasse quatre heures. Les travailleuses bénéficieront également de gel désinfectant en suffisance. Je pense qu’il est temps d’arrêter de compter sur la bonne volonté des uns ou des autres. Il faut protéger ces travailleuses. "

Autre décision prise ce vendredi : la réouverture des terrasses le 8 mai jusqu’à 22h.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK