Comité de concertation : les voyages à l'étranger interdits du 27 janvier au 1er mars, hors raisons médicales, familiales ou professionnelles

Les voyages non essentiels seront interdits pour les résidents belges pendant le mois de février, du 27 janvier au 1er mars, a-t-on appris ce vendredi lors du comité de concertation de ce 22 janvier. Les voyages à caractère touristique et récréatif seront donc interdits de l'étranger vers la Belgique et inversement.

Parmi les voyages essentiels, qui seront donc autorisés, on trouve notamment les déplacements pour raisons familiales (funérailles, coparentalité), les études, problèmes médicaux, ou les déplacements professionnels. "Nous n'allons pas construire un mur autour de notre pays, mais nous limitons les déplacements", notait Alexander De Croo lors de la conférence de presse qui a suivi le comité.


►►► À lire aussi : Comité de concertation : quand les coiffeurs vont-ils pouvoir rouvrir ?


Il faudra présenter une déclaration sur l'honneur. Les personnes habitants des communes frontalières pourront continuer à traverser la frontière pour faire leurs achats. Les personnes qui voyageront pour des raisons essentielles pendant plus de 48 heures devront continuer de respecter une quarantaine à leur retour, ainsi qu'un double test PCR le jour de leur retour et sept jours après.

Les règles de cette quarantaine seront précisées et renforcées, et relèveront de la compétence des régions. La quarantaine est allongée à 10 jours, au lieu de 7 actuellement. "Les nouveaux variants sont plus contagieux, et plus longtemps", explique le ministre de la Santé Franck Vandenbroucke pour justifier cette mesure.

A noter que pour les personnes arrivant du Royaume-Uni ou d'Irlande, résidents belges ou non, la quarantaine est obligatoire quelle que soit la durée du séjour en Belgique. A partir de ce lundi 25 janvier, tous les voyageurs venant du Royaume-Uni, d'Amérique du Sud ou d'Afrique du Sud devront respecter une quarantaine de dix jours, avec un test PCR au premier et au septième jour, et les non-résidents qui souhaitent venir en Belgique devront présenter un double test PCR, au début et à l'arrivée.

Il s'agit, selon Alexander De Croo, d'ériger un "rempart contre l'importation du virus". "Quand les personnes voyagent, le virus voyage avec eux, rappelle le Premier ministre, et il y a beaucoup plus de variants chez les personnes qui ont voyagé."

Une mesure à laquelle on s'attendait

Des sanctions seront prévues pour les contrevenants. L’idée serait pour les autorités de frapper un grand coup avant les vacances de carnaval pour éviter d’avoir, comme après le congé de carnaval 2020, une flambée des contaminations en Belgique.

Du côté des aéroports, c'est loin d'être la surprise. "C'est une mesure à laquelle on s'attendait, notait ce vendredi Nathalie Pierard, porte-parole de Brussels Airport, au micro de la Une. Il faut quand même préciser qu'aujourd'hui, l'aéroport tourne déjà au ralenti, on a environ 12% des chiffres habituels. Mais cette situation, uniquement réservée aux voyages essentiels, on l'a connue en avril-mai, voire début juin, avec une vingtaine de vols, et 1000 passagers par jour." La porte-parole estime qu'il faudra donner une vraie définition de ce qu'est un voyage "essentiel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK