Collision navale au large de Zeebrugge: la fuite sous contrôle

Collision navale au large de Zeebrugge: les travaux de pompage ont repris
Collision navale au large de Zeebrugge: les travaux de pompage ont repris - © Tous droits réservés

La quantité de fioul lourd qui s'échappe du Flinterstar a été considérablement réduite. Le pompage du mazout encore présent dans le cargo avance également de manière positive, se réjouit dimanche le secrétaire d'Etat en charge de la Mer du Nord, Bart Tommelein.

Les nappes de pétrole qui s'échappaient du cargo ont pu être nettoyées, grâce à l'intervention de trois bateaux spécialisés.

Le risque de voir du mazout atteindre les plages belges se réduit donc encore.

Le troisième réservoir du Flinterstar, à l'arrière, a lui pu être pompé toute la journée. Les spécialistes estiment qu'il est vide. Les plongeurs ont dès lors entamé les opérations en vue du pompage d'un autre réservoir.

Reprise du pompage aujourd'hui

Les sociétés spécialisées Smit et Multraship ont repris, plus tôt dans la journée, le pompage du mazout présent dans le cargo accidenté Flinterstar, a indiqué dimanche le secrétaire d'Etat en charge de la Mer du Nord, Bart Tommelein.

Depuis mardi, c'est la première fois que les opérations de pompage du carburant ont pu reprendre. Les travailleurs chargés de l'opération se sont attaqués dimanche en milieu de journée au troisième réservoir situé à l'arrière du cargo, après avoir placé un raccordement pour la pompe. Le fioul est aspiré vers un autre bateau, le Vos Sympathie. La quantité de mazout qui pourra être pompée est encore inconnue, car le réservoir a été endommagé par les mouvements de la carcasse et fuit depuis samedi soir.

Avant la fuite, il était estimé que le réservoir contenait 150 tonnes de fioul lourd. Deux grandes taches sont apparues après la fuite, qui doivent quant à elles être prises en charge par les navires spécialisés Interballast I et Arca. Le bateau Hebocat VII doit éviter que le mazout se répande autour de la carcasse. Le cargo s'enfonce de plus en plus, de telle sorte qu'à marée haute, une grande partie du navire n'est plus visible. 
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK