Colère des médecins assistants : "On se lève avec l'angoisse de faire une bêtise" à cause de la surcharge de travail

Une grève des jeunes médecins assistants, candidats spécialistes, aura lieu dès mercredi dans les hôpitaux, et peut-être pour plusieurs jours. Ils réclament globalement une revalorisation de leurs prestations et une diminution de la pression sur leur travail. La situation actuelle, selon eux, nuit à la qualité des soins. Les dernières négociations avec les institutions hospitalières et les syndicats médicaux, suivies par des discussions avec le ministre fédéral de la Santé, Franck Vandenbroucke (Vooruit) au sein de la commission nationale médecins-hôpitaux.


A lire aussi Un accord est intervenu sur un meilleur statut pour les médecins assistants, mais la grève est maintenue


Les médecins assistants, bien que diplômés, doivent effectuer une spécialisation de plusieurs années en fonction du domaine choisi, une spécialisation doublée d’un stage. Durant ces années, ces soignants sont payés 2200 euros net par mois et sont liés à l’hôpital via une convention de stage. C’est dans les conditions de prestation de ces stages que se trouvent les raisons de leur colère.

Suppression des rémunérations de garde, heures supplémentaires non rémunérées avant 60 heures par semaine, retrait sur salaire dès le premier jour d’absence… Les négociations ont eu lieu avec les associations hospitalières, puis avec le ministre de la Santé, qui proposait un refinancement à hauteur de 30 millions d’euros pour uniformiser les conventions de stage.

Les médecins assistants sont-ils exploités ?

Pour en parler sur le plateau de CQFD, 2 invités : Cédric HERMANS, président du Réseau Santé Louvain, chef du service hématologie aux cliniques universitaires St Luc et Jordan MARCELIS, assistant en chirurgie.

"Le travail à l’hôpital ce sont de longues heures, explique Jordan Marcelis, il y a des moments où vous vous levez la nuit vous avez fait 24 heures et vous vous dites : j’espère que ce ne sera pas moi qu’on suturera à cette heure"

"Au-delà de 24 heures de travail c’est comme avoir 1 gramme d’alcool dans le sang", ajoute-t-il. Avec la charge de travail, y compris administrative, il arrive que cette surcharge fasse déborder le vase : "parfois on se lève avec l’angoisse de faire une bêtise". Cela ressemble, dit-il en citant le président de l’ABSYM (Association belge des Syndicats médicaux), à de "l’esclavage moderne […] nous sommes une main-d’œuvre bon marché".

"C’est une déception de constater cela"; réagit Cédric Hermans. "Etre médecins spécialistes en formation, ce n’est pas donné à tout le monde, car il y a une forte sélection." Le responsable hospitalier assure que dans son réseau (UC Louvain) "nos ambitions sont claires : faire respecter le temps e travail, des conditions de rémunérations qui soient appropriées, et le plus important, c’est un cadre de formation", même s’il concède que ce n’est pas toujours dans des conditions idéales. Et Cédric Hermans de préciser que dans les hôpitaux qu’il gère, "les assistants commencent avec 3200 euros bruts par mois", pour 48h de travail (et non 38h).


A lire aussi Gardes non rémunérées, heures supplémentaires… Les médecins assistants auront-ils la revalorisation qu'ils espèrent ?


 

"Par rapport aux heures prestées, c’est insuffisant", réagit Jordan Marcelis, qui souligne surtout les pressions qui se font jour depuis quelques jours sur les médecins assistants, depuis l’annonce du préavis de grève : "Est ce normal qu’à la fois, l’hôpital puisse être le formateur et le bourreau ?" Et de s’adresser aux formateurs : "Nous prenons os responsabilités en disant stop à ces conditions de travail, aussi vis-à-vis de nos patients. Nos responsables de stages doivent prendre les leurs pour interpeller le politique."

Cédric Hermans précise qu’à l’hôpital tout le monde est sous pression. Et ajoute : "On doit améliorer le cadre de formation c’est indéniable, mais "je peux être strict et sacrifier tous les endroits de stage où les conditions ne sont pas idéales, mais cela veut dire priver toute une série de stagiaires de la possibilité de se former."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK