Colère d'artistes: "C'est la culture qui crée une société, b...l!"

Colère d'artistes
2 images
Colère d'artistes - © Kersten A. Riechers/Flickr

Soirée très tendue hier au Théâtre du Parc à Bruxelles. Le secteur des arts de la scène organisait un débat électoral. Au cœur des discussions, la place pour la culture après les élections. Les représentants des cinq grands partis ont été mis sur le grill et pas mal chahutés.

Les artistes ont crié avec virulence tout le mal qu'ils pensaient des politiques culturelles actuelles, et notamment de la précarité. La soirée avait pourtant commencée calmement. Mais après une heure de débat parfois technique entre les politiques, le ton est monté.

Les artistes ont crié leur colère, sur la précarité de leur statut notamment. Le chanteur Claude Semal était leur représentant. "Ceci n'est pas un statut, c'est un hold-up social", a-t-il déclaré sur scène.

Difficile pour les artistes d'être payés quand il répètent, quand ils créent ou qu'ils composent. Certains n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Comme cette metteuse en scène, qui explique: "La réalité c'est de ne pas avoir assez d'argent à la fin du mois. Et ça, il n'ont pas l'air de l'avoir entendu, quand on dit qu'il y a des gens qui vivent sous le seuil de pauvreté, chez les comédiens".

Lorsqu'on demande aux directeurs de compagnies pourquoi ils ne payent pas mieux leurs artistes, la réponse est la même: "Aujourd'hui, je sous-paie mes artistes je n'ai pas les moyens de les payer plus. J'ai juste leur passion, alors évidemment la passion, c'est ce qui fait exister notre métier", dit l'un d'entre eux. "Mais si nous n'avons pas les moyens de leur garantir un emploi stabilisé, on va les condamner à mourir à petit feu à long terme".

"Un jour sans culture?"

En fait c'est l'ensemble du secteur qui demande plus de moyens, et plus de reconnaissance. "Si pendant un jour, en Belgique, il n'y avait plus de théâtres ouverts, de musées, de cinémas, plus de musique à la radio, les gens se demanderaient qu'est-ce qui se passe. Il n'y a plus de couleurs, plus d'imaginaire, c'est la culture qui crée une société, b...l!", s'exclame une artiste présente.

"Moi ça fait 20 ans que je suis dans ce métier, et je n'ai jamais été augmentée dans mes contrats, au contraire c'est de pire en pire. Et au niveau du statut d'artiste, on a 1000 euros par mois, mais comment voulez-vous vivre avec ça?"

Les artistes ont crié leur colère. Rendez-vous le aux élections pour voir s'ils ont été entendus.

W. F., avec S. Bourgeois

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK