Robert Beijer serait à l'origine des fouilles pour retrouver le corps de Francis Zwarts, 37 ans après le meurtre

Des fouilles ont débuté à Neder-over-Heembeek pour retrouver le corps de Francis Zwarts, agent de sécurité de la Sabena, tué en 1982 lors d’un braquage à l’aéroport de Zaventem. Le parquet de Bruxelles a confirmé l’information et indique que les fouilles à proximité du pont Van Praet pourraient durer trois jours. La justice espère pouvoir apporter des réponses aux questions de la famille de Francis Zwarts car 37 ans après les faits, il est toujours officiellement "porté disparu".

C'est Robert Beijer, une figure importante de l’histoire criminelle de la Belgique, qui aurait mené les enquêteurs vers cet endroit. Il avait reconnu en 2010 être "le cerveau" de l'opération, sans y avoir participé physiquement. Mais il n'a jamais été condamné, les faits étant prescrits.

Contacté par la RTBF, Robert Beijer confirme coopérer depuis longtemps avec les enquêteurs sur ce dossier et continuer à le faire aujourd'hui. Ses informations seraient à la base des fouilles entamées ce lundi.

 

Madani Bouhouche, ancien gendarme devenu criminel, reconnu coupable

Le 25 octobre 1982 en soirée, Francis Zwarts, père d’un jeune enfant, devait prendre en charge une livraison à l’arrivée d’avions en provenance de Moscou et de Zurich : des documents diplomatiques, de l’or en pièces et en lingots, des diamants et des montres de luxe. La valeur des biens est estimée à 80 millions de francs belges (environ 2 millions d’euros).

Au volant de sa camionnette, Francis Zwarts transporte la cargaison vers les coffres de BruCargo, la zone cargo de l’aéroport. Il emprunte pour cela un tunnel de plusieurs centaines de mètres sous les pistes. Des hommes déguisés en gendarmes l’attendent. La camionnette est retrouvée le lendemain dans une décharge publique à Diegem. Elle est vide. Aucune trace du jeune Francis Zwarts. Selon les enquêteurs de l’époque, il a été enlevé par les pseudos gendarmes et "tout permet de penser que Zwarts a été abattu et que ses agresseurs ont fait disparaître le corps".

En 1995, Madani Bouhouche, ancien gendarme devenu criminel, est reconnu coupable du vol avec homicide. Il est condamné à 20 ans de prison par la cour d’assises du Brabant. Lors du procès, Robert Beijer, également ancien gendarme et proche de Bouhouche, est acquitté.

"Deux balles dans la tête"

Des années plus tard, les faits étant jugés et prescrits, Robert Beijer finit par avouer son implication dans le braquage à Zaventem. En mars 2010, face aux caméras de l’émission "Devoir d’enquête", il affirme : "J’ai conçu l’opération". Il désigne également l’endroit où Francis Zwarts aurait été tué "de deux balles dans la tête, selon Bouhouche". Robert Beijer se présente en cerveau et désigne Madani Bouhouche comme l’exécutant. Ce dernier est décédé en 2005.

Le corps de Francis Zwarts n’a jamais été retrouvé. Robert Beijer avait plusieurs fois prétendu savoir où il se trouvait. Il avait voulu négocier cette information. En 2007, il avait tenté de l’échanger contre une nouvelle identité, ce que la justice belge avait refusé.

Madani Bouhouche et Robert Beijer sont deux figures importantes de l’histoire criminelle de la Belgique. Leurs noms sont régulièrement cités dans le dossier des tueries du Brabant. Ils ont été suspectés, plusieurs fois auditionnés, mais jamais inculpés pour les tueries qui ont fait 28 morts entre 1982 et 1985.

Le meurtre de Francis Zwarts et les tueries du Brabant, toujours non élucidées (prescription des faits en 2025), sont deux dossiers différents. Aucun lien n’a été établi rappelle le parquet fédéral, en charge du dossier sur les tueries.

Une éventuelle découverte de la dépouille de Francis Zwarts montrerait néanmoins qu’il est encore possible d’avancer sur les grandes affaires des années 80 et que des informations pertinentes peuvent émerger plus de 30 ans après les faits. Si le corps est retrouvé, une autopsie sera réalisée, de même qu’une analyse balistique des projectiles qui l’auraient atteint à la tête.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK