Du froid polaire alors qu'on nous parle de "réchauffement" climatique? Climat et météo, la grande confusion

A l’heure où la grande majorité de la population prend conscience du problème du réchauffement de la planète, certains restent encore dubitatifs face aux vagues de froid que rencontrent nos pays durant l’hiver. Mais non : s’il fait plus froid ou qu’il neige plus que l’an passé, cela ne veut pas dire que le réchauffement climatique n’existe pas. Aux sources de ce doute, retour vers l’une des grandes confusions : la différence entre la météo et le climat.


►►► A lire aussi : La vague de chaleur est bien une conséquence du réchauffement climatique


Hier, le président américain Donald Trump a profité de la vague de froid, comme en 2017, pour ironiser sur le thème du réchauffement climatique. Dans un tweet, il fait référence à la météo particulièrement froide dans le Midwest et ses -60 degrés avant d’ironiser : « Que se passe-t-il avec le réchauffement climatique ? S’il te plaît, reviens vite, on a besoin de toi ! ». Un message auquel l’Agence Océanique et Atmosphérique américaine a tenu à répondre au travers d’un tweet.

Le climat et la météo, deux choses bien différentes

Bien souvent, nous aimons vérifier par nous-même et donc observer ce fameux réchauffement - ou dérèglement - de manière directe. Un désir d’autant plus aigu lorsque l’on est sceptique par nature. Evidemment, la météo faisant partie de notre quotidien, il est tentant de vouloir y observer les effets de ce dit réchauffement. 

Mais entre le climat et la météo, la différence est de taille. Pierre Hansoul, climatologue liégeois explique : « la météo, c’est le temps qu’il fait à un moment et les prévisions des prochains jours au niveau local à petite échelle alors que le climat, c’est le réchauffement de la température moyenne de la terre ». Pour mieux traduire l’écart qui existe entre ces deux notions, Pierre Hansoul fait cette analogie : « la météo, c’est une photographie, un instantané à un moment précis sur lequel on tire des conclusions alors que le climat, ce sont des archives, des mesures prises de manière plus général au niveau du globe ». D'un côté, un moment et un lieu précis, et de l'autre, une longue période et une planète entière donc.

Les chutes de neige en Belgique, des « épiphénomènes »

Si l’on observe en ce moment de tels pics de chaleurs en Australie et au Chili, par exemple, et des températures aussi basses comme à l’Est des Etats-Unis, c’est en partie dû au "dérèglement climatique" - terme utilisé par les scientifiques - puisque les températures autour de la Terre sont globalement en hausse. Mais c’est également dû à des phénomènes météorologiques très localisés. « De même » reprend Pierre Hansoul, « les chutes de neige de ces derniers jours à Bruxelles ou à Liège sont des épiphénomènes locaux dont il ne faut pas faire des généralités ».

Enfin, pour ce climatologue, le problème de la conscientisation au réchauffement climatique est principalement psychologique : « Si on vous dit que la mer monte de 5 centimètres tous les ans, vous n’allez pas vous inquiéter. Vous, ce que vous voyez, ce sont les vagues. C’est difficile de s’imaginer la montée des eaux ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK