Classes fermées à cause du coronavirus : les écoles sont-elles prêtes à donner cours à distance ?

Cours à distance grâce à la plateforme numérique de Wallonie-Bruxelles Enseignement
Cours à distance grâce à la plateforme numérique de Wallonie-Bruxelles Enseignement - © rtbf

Depuis le 1er septembre toutes les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont accès gratuitement à la plateforme numérique Happi (Hybridation des APPrentissages Interactifs). De plus, les écoles de Wallonie-Bruxelles Enseignement ont également accès à une autre plateforme similaire (Environnement Numérique de Travail).

Toutes deux permettent notamment aux enseignants de partager des contenus digitaux ou de faire des sessions de vidéoconférence. Bref, le ministère de l’Education et les réseaux ont mis les bouchées doubles pour faire face à éventuelle interruption des cours.

École connectée

L’Athénée Royal de Chênée a pris le virage du numérique il y a plus de 10 ans. L’école en a fait une priorité dans son budget annuel et des enseignants motivés ont régulièrement répondu à des appels à projets pour obtenir des financements. L’établissement compte trois salles informatiques, des tableaux interactifs dans chaque classe et depuis cette année, il y a une connexion WIFI dans toutes les classes.


►►► Lire aussi : Coronavirus en Belgique : plus de la moitié des élèves et parents ne veulent pas du masque en classe


Au début du confinement, dans l’urgence, Gaël Gilson, professeur de français, et une collègue ont mis sur pied une plateforme numérique pour pouvoir communiquer avec les élèves. Cela a permis de maintenir le contact et d’entretenir leurs connaissances.

Gaël Gilson : "Le confinement nous a vraiment obligés à intégrer le numérique dans nos pratiques et parfois à réinventer notre manière de donner cours. On a, par exemple, partagé des contenus pédagogiques sous format vidéo ou audio, mis en ligne des quiz interactifs pour vérifier leurs connaissances et on a aussi fait un forum de questions-réponses et des vidéoconférences."

Le confinement nous a obligés à intégrer le numérique dans nos pratiques

Très rapidement et à distance, enseignants et élèves ont dû apprendre à utiliser cette plateforme. Gaël Gilson l’admet, cela n’a pas toujours été simple mais cela a plutôt bien fonctionné. Cette année, l’école va adopter la nouvelle plateforme numérique offerte par Wallonie-Bruxelles Enseignement et mettre en place des formations grâce à l’aide d’enseignants référents. "Si un élève ne pouvait pas venir à l’école à cause du Covid ou si toute la classe devait être fermée, on pourra se connecter au cours par vidéoconférence, explique Gaël Gilson. Grâce à la plateforme, on peut le faire avec un simple PC portable connecté."

Connexion WIFI et outils numériques

L’Athénée Royal Agri Saint-Georges à Huy n'en est pas encore là. L’école se trouve sur un très grand site de verdure. Les bâtiments sont dispersés et cela complique l’installation du WIFI partout. 50% des classes seulement sont équipées d’une connexion.

Pour la cheffe d’établissement, Isabelle Musick cela s’explique : "Il faut savoir que pour avoir une bonne connexion, il faut installer la fibre optique, cela représente un coût assez élevé pour les établissements. Chaque année nous dégageons des budgets pour progresser dans l’installation de fibre optique mais cela nécessite du temps. "

La fibre optique, cela représente un coût assez élevé pour les établissements

Pendant le confinement, l’école ne disposait pas d’une plateforme numérique mais dans l’urgence, elle a également bricolé une solution. Isabelle Musick : "Nous avons créé des adresses mail professionnelles pour que tous les enseignants puissent communiquer facilement avec leurs élèves. Une partie de notre site internet a également servi à échanger des documents."

Formation

L’établissement souhaite à présent passer à la vitesse supérieure en adoptant la nouvelle plateforme numérique offerte par Wallonie-Enseignement. Il faudra pour cela former les professeurs. Christelle Cornelis, professeur de mathématiques à Athénée Royal Agri-Saint-Georges, est assez branchée "nouvelles technologies". Elle a elle-même créé un site pour communiquer avec ses élèves et utilise un tableau numérique pour donner cours.

Elle souhaite pouvoir travailler avec la nouvelle plateforme numérique rapidement. Malgré sa motivation et bonne volonté, elle a quelques appréhensions sur la visioconférence. "Je n’ai pas de micro adapté, si j’utilise le micro de mon ordinateur je ne suis pas certaine que le son soit optimal pour l’élève resté à la maison. Cela nécessite un apprentissage car je n’ai jamais été formé pour faire cela."

La formation des professeurs et des élèves doit être améliorée

De nombreux enseignants éprouvent ce type d’appréhension et ne se sentent pas assez formés. Sandrine Geuquet est en charge du projet ADEN (apprentissage à distance et éducation au numérique) dans les établissements Wallonie-Bruxelles Enseignement.

Selon elle, beaucoup de progrès ont été faits, notamment grâce au confinement, mais il faut encore insister sur la formation : "La formation des professeurs et des élèves doit être améliorée. Il y a une réflexion à avoir sur le métier d’enseignant et sur sa formation. Cela doit se faire dès les études, je ne dis pas que ce n’est pas fait mais il faut des plans de formation beaucoup plus soutenus pour les profs et du coaching numérique. "


►►► Lire aussi : Pour les enseignants, le port du masque en permanence pourrait être dangereux


Isabelle Musick, directrice de l’Athénée Agri-Saint-Georges, l’a également constaté avec surprise pendant le confinement, certains élèves éprouvent beaucoup de difficultés à utiliser un ordinateur. "Nous nous sommes aperçus que les élèves maîtrisaient très bien leur smartphone mais beaucoup moins l’ordinateur. Nous avons été contactés par certains parents pour avoir de l’aide, pour obtenir une version papier parce qu’ils ne parvenaient pas à télécharger les cours."

Fracture numérique

L’autre réalité qui frappe encore de nombreuses écoles est la fracture numérique. Certains élèves n’ont pas accès à un ordinateur ou même un internet chez eux. Isabelle Musick explique : "Nous avons essayé de trouver des solutions, par exemple en leur prêtant du matériel ou en leur permettant de venir utiliser les ordinateurs sur rendez-vous à l’école."

D’après les derniers chiffres, en Belgique, 15% des élèves n’ont pas accès au numérique à la maison. La Fédération Wallonie Bruxelles a pourtant distribué 4000 PC portables cette année mais les besoins sont importants.

Fracture numérique, formation, infrastructure dans les écoles, les défis sont nombreux pour pouvoir assurer une formation à distance de qualité. Les nouvelles plateformes numériques seront d’une grande aide mais cela ne sera pas suffisant. Malgré les difficultés, les écoles sont bien décidées à tout mettre en œuvre pour assurer la continuité pédagogique en cas de quarantaine.

"Écoles : Le Covid s'invite au menu des cantines", sujet JT du 10 septembre

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK