Cinémas de quartier: une formule qui séduit, encore et toujours

On a annoncé mille fois sa mort, pourtant le cinéma continue d’attirer le public. Cela dit, les modes changent. L’arrivée des grands complexes a bouleversé les petits cinémas de quartiers. Beaucoup ont dû fermer, mais d’autres ont gardé un public fidèle, attiré par la chaleur de ces cinémas historiques.

Plus ou moins 19 millions de spectateurs se rendent chaque année dans les cinémas belges, dont plus de 3 millions à Bruxelles et 8 millions en Wallonie. Alors, bien évidemment, les complexes multisalles se payent la part du lion, mais ce sont eux aussi qui souffrent le plus face aux changements d’habitudes des spectateurs. Une partie du public a (re)découvert le plaisir de se rendre dans des cinémas de quartier, tenus par des passionnés.

Le Stockel, par exemple, est le dernier cinéma de quartier bruxellois. Une seule salle, récemment rénovée, attire un public fidèle qui vient chercher ici, ce qu’il ne trouve pas forcément dans les grands complexes trop souvent impersonnels et froids. A savoir un accueil, une convivialité et la proximité. Il faut savoir que dans les années 60, Bruxelles comptait plus de 250 cinémas. Mais l’arrivée de la télévision, de la voiture puis des grands complexes a poussé la plupart d’entre eux à la fermeture. Ouvert en 1956, le Stockel a dû lui aussi, à deux reprises dans les années '80, fermer ses portes, avant de trouver un second souffle. Mais la plupart des autres salles ont fini en garage, en building supermarchés et le rideau sur l’écran est tombé.

A Waremme, les rideaux du cinéma "Les Variétés" s’ouvrent depuis 1917. Si la salle a survécu, c’est en grande partie parce qu’elle est devenue une asbl animée par des bénévoles. La salle vient d’être rénovée et les vieux projecteurs transformés en pièces de musée. Et comme à Stockel, le succès est au rendez-vous.

Dans tout le pays, il ne reste plus aujourd’hui que 93 cinémas. Et si 2018 a plutôt été une mauvaise année en termes de fréquentation, en raison sans doute de la coupe du monde et de la canicule, le cinéma demeure un but de sortie très populaire. Y compris auprès d’un jeune public qui, malgré la concurrence de tous les autres écrans, reste sous le charme des films projetés dans une vraie salle de cinéma.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK