Cinéma: la Belgique a ses Magritte, trop francophones?

RTBF
RTBF - © RTBF

Hollywood a ses Oscars, le cinéma français ses Césars, le cinéma belge francophone a désormais ses Magritte. Samedi soir, à Bruxelles, se déroulera la première cérémonie de remise de ces nouveaux trophées récompensant les talents cinématographiques de notre pays.

Mais avant même son déroulement, la cérémonie des Magritte suscite la polémique : Cécile de France a annoncé qu'elle boycotterait la cérémonie parce que les Magritte se focalisent sur le cinéma francophone en oubliant le cinéma flamand. Comme quoi, les difficultés communautaires sont décidément partout.

Au départ, c'est la Communauté française qui veut aider son cinéma

Tout est parti d'un constat paradoxal : alors que le cinéma belge francophone accumule les prix dans les festivals internationaux, il ne draine pas les foules dans les salles en Belgique. Pour remédier à la situation, la Communauté française a d'abord lancé une vaste enquête auprès du public, dont les résultats étaient sans appel : à part les frères Dardenne et Benoît Poelvoorde, les talents belges restent méconnus.  Réaction des professionnels du 7e art : il faut donner une image plus glamour du cinéma belge, d'où cette cérémonie des Magritte, calquée sur les César français.

Mais comme le cinéma belge ne produit pas des dizaines de films par an, l'Académie André Delvaux, qui organise les votes de 650 professionnels de notre cinéma, a vu large concernant les nominations : on y retrouve ainsi des films de 2010, comme "Mr Nobody" de Jaco Van Dormael, des films produits en 2009, comme "Elève libre" de Joachim Lafosse ou "Les barons" de Nabil Ben Yadir. Et du côté des acteurs, il y a presque forcément des talents belges présents dans des films français, comme Yolande Moreau pour son rôle dans "Mammuth" aux côtés de Gérard Depardieu.

 

Hugues Dayez

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK