Chili: l'ancien chef de la police politique de Pinochet est mort

Des familles de victimes et des militants de gauche ont célébré le décès de Manuel Contreras.
Des familles de victimes et des militants de gauche ont célébré le décès de Manuel Contreras. - © FELIPE FREDES - AFP

Le directeur de la redoutée police politique de la dictature d'Augusto Pinochet, Manuel Contreras, considéré comme l'un des plus grands criminels de l'histoire chilienne, est décédé vendredi soir à l'âge de 86 ans, a indiqué une source policière à l'AFP. Contreras, condamné à plus de 500 ans de prison dans des procès pour tortures, disparitions et enlèvements d'opposants, "est mort vers 22h30" à l'hôpital militaire de Santiago, selon cette source. L'ancien général souffrait notamment de diabète et de cancer et son état de santé s'était détérioré ces derniers jours. "C'est l'un des types les plus détestables du Chili (...). Il a tué beaucoup de monde", a commenté à la télévision publique chilienne l'avocat des droits de l'Homme Roberto Garreton. Il a été le créateur et unique directeur de la Direction nationale du renseignement (DINA), à laquelle est imputée la majorité des victimes de la dictature chilienne (1973-1990) - plus de 3.200 morts ou disparus et plus de 38.000 personnes torturées. Considéré comme le "bras droit" de Pinochet - son professeur à l'académie militaire avec lequel il déjeunait quotidiennement dans les premières années du régime - il a été emprisonné en 2005 pour l'enlèvement d'un jeune opposant. Il a été condamné à plusieurs reprises depuis lors, mais a toujours nié que la DINA ait été à l'origine de tortures ou de disparitions. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK