Charleroi E-sports Tournament: un taux de participants moins élevé que prévu

Images d'illustration
Images d'illustration - © Kevin C. Cox - AFP

Organisés ce 12, 13 et 14 avril, les organisateurs du Charleroi Esports Tournament, un tournoi international d e-sport attendaient près de 12.000 visiteurs sur les 3 jours. D’après un bilan des organisateurs, le nombre de participants se limiterait pourtant à 1500 âmes, soit bien moins qu’espéré. Or, ce type de tournoi attire des milliers de spectateurs dans les pays voisins. Quel est le problème?

Pourquoi cette manifestation a-t-elle suscité si peu d’engouement dans notre pays ? Pour Eric Houbecq, Chargé de communication du Charleroi Esports Tournament, ce serait la faute à un manque de culture des Belges pour ce type de manifestation. « Les Belges n’étaient pas prêts à payer 25 euros pour un événement qu’ils connaissent peu. L’e-sport est encore peu ancré dans le public belge. Ils ne sont pas non plus rendu compte de l’ampleur de cette manifestation. » Des propos confirmés par Walter Chardon, Directeur commercial du Sporting de Charleroi, partenaire du Charleroi Esports Tournament. Il y voit le fait qu’il s’agit d’une première édition, comme deuxième explication à ce faible taux de visiteurs. « Ce tournoi était également une première en Belgique. Le public attendait de voir comment ça allait se passer, la qualité de l’organisation, les moyens mis en place et le niveau des équipes participantes. ll s’agissait d’une première dans notre pays. Cette organisation doit encore acquérir ses lettres de noblesse»,  affirme-t-il.

Des retours très positifs

Cependant, les organisateurs ne se disent pas inquiets pour l’avenir. « Nous avons accueilli des équipes d’e-sport appartenant au top 8 mondial ici à Charleroi. Les équipes étaient d’excellente qualité, ainsi que les matchs. » déclare Eric Houbecq. « Les retours sur les réseaux sociaux étaient également très positifs. Les participants semblent très satisfaits de la qualité de cette première organisation. »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK