Chants nazis chez Lequet: "Une atteinte à l'image de Liège" selon Demeyer; le parquet demande une information judiciaire

Chants nazis chez Lequet: "Une atteinte à l'image de Liège" selon Demeyer; le parquet demande une information judiciaire
Chants nazis chez Lequet: "Une atteinte à l'image de Liège" selon Demeyer; le parquet demande une information judiciaire - © Tous droits réservés

Dimanche soir, des chants nazis retentissent dans le Café Lequet, à Liège. Une "blague" du patron que certains clients ont très peu appréciée, quittant le café et réagissant vivement sur les réseaux sociaux. Ces gestes, faisant référence à un régime raciste prônant l'extermination de Juifs, personnes handicapées, homosexuels (notamment), pourraient valoir des ennuis judiciaires au patron du café, Marc De Bruyn.

Le parquet de Liège a en effet demandé une information judiciaire, sur base de la loi dite "Moureaux" du 30/7/1981, visant à réprimer les actes racistes et xhénophobes. En clair, la police de Liège va entendre les témoins présents dans le restaurant, ainsi que le patron du Café Lequet, Marc De Bruyn. 

A l'issue de cette information judiciaire, Marc De Bruyn pourrait être renvoyé devant le tribunal correctionnel. Il risque une amende de 50 à 1000 euros et une peine d'emprisonnement de 1 jour à 1 an. 

"Un établissement symbolique"

Ce mardi, dans C'est vous qui le dites, le bourgmestre de Liège Willy Demeyer a également regretté que ce fait porte atteinte à l'image de la Ville de Liège: "C’est un établissement qui est situé sur le parcours du marché dominical le plus important, la Batte. C’est un établissement doublement symbolique : il est symbolique de l’esprit liégeois et il est aussi très ouvert sur l’extérieur puisque de nombreux touristes étrangers s’y rendent. Même s’il s’agit d’un établissement privé, il porte atteinte à l’image de Liège et à l’esprit de Liège. On enregistre de très nombreuses réactions. "

Le bourgmestre a demandé au directeur général responsable du service juridique de la Ville une analyse des articles de presse et des documents afin d’établir les réactions possibles de la Ville : "On ne peut pas rire de tout. Nous sommes – c’est le bourgmestre qui parle – dans des périodes où il y a un peu plus de tensions entre les gens, il y a de l’incertitude et il faut vraiment être vigilant pour qu’on ne replonge pas dans certains mécanismes de l’entre-deux-guerres. Je crains aussi que de tels comportements ne soient un problème en termes d’ordre public puisque ça va forcément susciter des réactions et là, ce sont le bourgmestre de Liège et la police qui devront intervenir."

Journal télévisé du 17/02/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK