Chambre des mises de Gand: Bernard Wesphael reste en prison

Chambre des mises de Gand: Bernard Wesphael reste en prison
Chambre des mises de Gand: Bernard Wesphael reste en prison - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le député régional Bernard Wesphael reste derrière les barreaux: c'est la décision prononcée par la chambre des mises en accusation de Gand, mardi en début de soirée. C'est donc un nouvel échec pour les avocats de la défense, qui réclament la libération de leur client. Leurs plaidoiries et les rapports de contre-expertise, n'ont pas convaincu les magistrats.

La journée a été longue pour le député Wesphael. Arrivé vers neuf heures au palais de justice gantois, il a dû attendre la fin de la matinée avant de comparaître devant ses juges.

Les débats sur son cas ont duré nonante minutes. Puis il a fallu qu'il attende la fin de l'après-midi, et la fin de l'audience, chargée, au cours de laquelle les magistrats ont dû examiner plusieurs autres affaires complexes, avant de monter dans le fourgon pour retourner vers sa prison brugeoise. Puis il a fallu attendre la soirée, pour que, vers 21h, la décision tombe enfin: le maintien en détention. Le mandat d'arrêt à sa charge, prolongé en première instance voici une douzaine de jours, est donc confirmé en degré d'appel.

Pour expliquer la mort de l'épouse du parlementaire, deux thèses continuent de s'affronter; l'accusation croit à l'étouffement, donc au crime. La défense plaide l'abus d'alcool et de médicaments, donc l'accident ou le suicide. Un débat, une confrontation entre experts, semblent plus que jamais s'imposer pour départager les arguments et les analyses des uns et des autres, et pour déterminer si l'autopsie a été bâclée, ou orientée, comme le soutient le député Wesphael.

Sauf mainlevée, une possibilité offerte en permanence aux juges d'instruction, la perspective d'une libération s'éloigne, puisqu'il faut attendre un mois avant d'introduire une nouvelle demande.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK