"Je lis dans ma commune" : polémique à propos du chèque-lire

Cette année, le chèque-lire de 10 euros remis aux participants pour acheter des livres ne pourra pas être utilisé en librairies.
Cette année, le chèque-lire de 10 euros remis aux participants pour acheter des livres ne pourra pas être utilisé en librairies. - © MYCHELE DANIAU - BELGAIMAGE

Les libraires indépendants sont mécontents à l’approche de l’opération "Je lis dans ma commune" (du 23 avril au 4 mai prochain). Cette année, le chèque-lire de 10 euros remis aux participants ne pourra pas être utilisé en librairies, mais uniquement sur un site de vente en ligne. L’ASBL qui organise l’opération n'a pas trouvé d'arrangement avec la société Sodexo qui fournissait les chèques jusqu’à présent. Une solution alternative a été trouvée mais elle ne plait pas à tout le monde.

L’entreprise Sodexo a souhaité cette année que les chèques lui soient payés préalablement à l’opération. Mais l’ASBL Texto ne disposait pas des 90 000 euros nécessaires. Elle s’est donc tournée en urgence vers un autre opérateur, La Librairie du Web, logée à la même adresse qu’elle à Liège. Cette société a fourni les chèques qui pourront être utilisés uniquement sur son site Internet. Une situation que dénonce le syndicat des libraires francophones et son vice-président, Yves Limauge :

"C'est quand même très bizarre qu'une opération, "Je lis dans ma commune", qui est aidée par plusieurs pouvoirs subsidiants, se tourne uniquement vers une entreprise commerciale, alors qu'avant, les chèques pouvaient être utilisés dans n'importe quelle librairie. Le monde du livre est déjà en difficulté. On essaye que tout le réseau des librairies se développe, et puis il y a des gens qui vont à l'encontre de ça en envoyant les lecteurs vers un site Internet".

Qui plus est, pour les libraires, le choix de livres proposé sur le site Internet lalibrairieduweb.be est extrêmement limité : à peine 60.000 références qui proviennent du catalogue d’un seul et même distributeur.

Les libraires regrettent d’avoir été mis devant le fait accompli alors qu'ils auraient pu eux-mêmes proposer une alternative si on les avait consultés. Pour marquer leur mécontentement, ils pourraient décider de ne pas distribuer les chèques-lire aux personnes qui participeront à leurs activités dans le cadre de l'opération "Je lis dans ma commune".

De leur côté, les organisateurs expliquent que la solution trouvée cette année est temporaire. Selon Charlotte Quevedo, de l’ASBL Texto, cette solution sera même peut-être profitable aux libraires :

"Peut-être que les personnes qui achèteront un livre sur la librairie en ligne découvriront le goût de la lecture, et qu'ils auront envie ensuite d'aller voir leur libraire pour leur demander conseil".

Interpellé par cette situation, le cabinet de la ministre de la culture a décidé d’intervenir en convoquant une réunion entre les différentes parties. La rencontre est prévue jeudi prochain.

 

Hugues Van Peel

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK