Certaines auto-écoles font en parallèle de la concurrence déloyale

Certaines auto-écoles font en parralèle de la concurrence déloyale
Certaines auto-écoles font en parralèle de la concurrence déloyale - © Archive RTBF

Les auto-écoles sont mécontentes, elles crient à la concurrence déloyale. Pour apprendre à conduire il y a plusieurs possibilités : la filière libre et les auto-écoles. Ces dernières dénoncent le fait que des moniteurs proposent aujourd'hui des cours d'aide à la filière libre à des prix défiant toute concurrence: 38 euros de l'heure contre 55 euros dans les auto-écoles agréées. Certains n'hésitent pas même à l'afficher sur leur vitrine.

38 euros de l'heure pour une formation à la conduite : ce tarif fait bondir Rose-Marie Pettofrezza. Cette directrice d'auto-école ne pourrait jamais pratiquer un tel prix car elle a des coûts impossibles à réduire, explique-t-elle : "Le véhicule, le local, l'électricité. Ce sont des frais qui seront toujours là, donc à 38 euros, c'est invivable!"

Mais en période de crise économique, ces moniteurs concurrents attirent des clients en toute légalité d'ailleurs. Car depuis quelques années, la loi a changé pour ce qu'on appelle "la filière libre". En clair, n'importe qui peut faire office de guide de conduite, à condition d'avoir son permis depuis au moins 8 ans.

Et certains jouent sur les deux tableaux. C'est le cas d'Yves Colmant qui a une auto-école agréée à Mons, mais qui propose aussi une aide à la filière libre à des tarifs beaucoup plus avantageux. Il affirme rentabiliser ainsi des véhicules et des moniteurs qui sont de toute façon sous-utilisés : "Forcément, on me dit que je me tire une balle dans le pied, que je scie la branche sur laquelle je suis.  Je gère en bon père de famille, je minimise les dégâts et j'essaie d'occuper quand même un minimum de personnel et de matériel".

Ces moniteurs parallèles fragilisent les auto-écoles agrées qui craignent des pertes d'emploi, des auto-écoles qui réclament un retour à l'ancien système de filière libre.

Fiona Collienne et Jeremy Giltaire

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK