Cellule terroriste de Verviers: jusqu'à 16 ans de prison pour les dirigeants

Le président de la 70e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, Pierre Hendrickx
2 images
Le président de la 70e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, Pierre Hendrickx - © ERIC LALMAND - BELGA

Entre 30 mois et 16 ans de prison: c'est ce dont écopent ce mardi les inculpés dans le procès de la cellule terroriste de Verviers. Les trois principaux prévenus, Marouane El Bali, Souhaib El Abdi et Mohamed Arshad sont condamnés à 16 ans de prison et 30 000 euros d'amende. Ils sont reconnus coupables d'appartenance au groupe terroriste État islamique et de tentative d'assassinat terroriste.

Le quatrième, Omar Damache, est condamné à 8 ans. La cellule de Verviers a été décrite par l'accusation comme le "brouillon" des commandos qui ont frappé Paris le 13 novembre dernier.

Concernant Souhaib El Abdi et Mohammed Arshad, le tribunal estime les principales préventions établies. Le tribunal a rappelé que l'un et l'autre avaient été en contact de manière régulière avec Abdelhamid Abaaoud, considéré comme le cerveau de la cellule terroriste de Verviers. "Souhaib El Abdi savait que la cellule de Verviers se dessinait. Il en savait au moins autant que les autres prévenus", mentionne notamment le jugement.

Concernant Mohammed Arshad, le tribunal retient qu'il était celui qui avait loué l'appartement de Verviers et qui avait transporté les produits chimiques destinés à la confection d'explosifs de Laeken à Verviers.

Parcours et armes

Le président du tribunal, Pierre Hendrickx, a retracé pendant plusieurs heures le parcours des prévenus, leurs délits, leurs trafics, mais aussi leurs séjours en Europe, en Turquie ou en Syrie.

Il s'est aussi attardé sur les armes retrouvées lors des perquisitions, ainsi que la saisie d'"ingrédients" nécessaires à la fabrication de six kilos de TATP, l'explosif préféré de l'organisation Etat islamique (EI) qui a revendiqué les attentats de Paris.

"Ces éléments ne laissent aucune place au doute quant au fait que la cellule de Verviers fomentait un attentat", a affirmé le président du tribunal.

Zaventem, cible potentielle

Le président de la 70e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, Pierre Hendrickx, établit dans son jugement que l'aéroport de Zaventem était une cible potentielle pour des djihadistes, déjà en 2015. Selon le juge, Abdelhamid Abaaoud, considéré comme le chef de la cellule terroriste de Verviers, projetait un tel attentat.

Pour argumenter cette affirmation, le tribunal se base sur des dessins retrouvés à Athènes, là où Abdelhamid Abaaoud avait séjourné fin 2014. Ces dessins montraient des individus pousser un chariot à bagages et le mot "bombe" était écrit sur les croquis.

Des peines de 10 à 18 ans avaient été requises contre ces quatre dirigeants le 19 mai par le procureur fédéral Bernard Michel, à l'issue de deux semaines et demie de procès.

Rue de la Colline

Seize personnes étaient prévenues dans ce dossier pour participation aux activités d'un groupe terroriste en tant que membres ou en tant que dirigeants, et certaines d'entre elles étaient aussi prévenues pour avoir planifié des attentats en Belgique en janvier 2015.

Le 15 janvier 2015, en début de soirée, les unités spéciales de la police belge avaient mené un assaut dans une habitation de la rue de la Colline à Verviers. L'action visait l'arrestation de personnes appartenant à une cellule terroriste et ayant pour projet de commettre des attentats imminents sur le territoire belge.

La police avait abattu deux présumés terroristes et en avait arrêté un autre. Par ailleurs, elle avait découvert dans cet appartement des produits pouvant servir à la fabrication d'explosifs et des armes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK