Célibat des prêtres: "La question du féminin est un impensé dans l'Eglise catholique"

Est-ce bientôt la fin du célibat des prêtres dans l'Eglise catholique romaine? Le pape François semble prêt à certaines ouvertures en la matière, depuis le synode sur l'Amazonie... Mais cela divise l'institution: certains conservateurs, y compris le pape émérite Benoît 16, font savoir tout le mal qu'ils en pensent dans un livre qui crée la polémique. Pour en parler, dans l'émission CQFD, deux invités: Myriam Tonus, théologienne et laïque dominicaine, et Eric De Beukelaer, vicaire épiscopal (adjoint de l’évêque de Liège) pour les affaires juridiques.

Si j'avais une famille, je ne serais pas le même prêtre

"Le célibat des prêtes a du sens, sinon je ne serais pas là", explique Eric De Beukelaer, "c'est une forme de consécration. Si j'avais aujourd'hui une épouse et des enfants, je serais certainement un homme très heureux aussi, mais je ne serais pas le même prêtre, il y aurait ma famille d'abord". Le vicaire précise en outre que le célibat des prêtres n'est pas propre au christianisme mais aussi à d'autres religions. "Dans notre société fort sexualisée, c'est parfois moins compris mais je l'assume", ajoute-t-il.

Eric De Beukelaer ne s'oppose toutefois pas à une exception à cette règle obligatoire dans l'Eglise romaine depuis le Moyen-Âge: "quand une communauté n'a plus accès à l'eucharistie ou aux sacrements que seul un prêtre peut donner, une autre solution doit être envisagée [...] moyennant tous les garde-fous qui s'imposent". "Le célibat des prêtres n'en reste pas moins une tradition de l'Eglise catholique, qui consacre une dimension spirituelle ayant sa place dans la société", affirme-t-il.

La femme dans l'Eglise au cœur du débat 

Myriam Tonus est favorable à l'élargissement de l'ordination aux hommes mariés. Elle ne conteste pas le choix de célibat des prêtres, tout en précisant que ce précepte ne vient pas des origines de l'Eglise: "la tradition, c'est aussi quelque chose de vivant... et heureusement qu'on a lâché certaines choses liées à la "tradition" dans l'église". Derrière ce débat, c'est la question de la conception de la femme dans cette institution qu'il faut poser, affirme la théologienne dans cet extrait:

Eric De Beukelaer avance une question que l'Eglise doit continuer à creuser, selon lui, dans une société qui sort progressivement du patriarcat: "entre l'homme et la femme, y a-t-il une différence qui a un sens théologique?". Jusqu'à preuve du contraire, répond Myriam Tonus, "l'Eglise est la seule organisation à interdire l'accès à certaines fonctions en raison du genre auquel on appartient".

CQFD, Ce Qui Fait Débat, un face-à-face sur une question d’actualité chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat ci-dessous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK