Un Memorial Day en direct et en ligne pour honorer les plus de 14.000 soldats américains qui reposent en Belgique

Le Memorial Day constitue une importante tradition en Belgique, où des cérémonies d’hommages aux soldats américains morts pour garantir l’indépendance belge lors des deux grands conflits mondiaux se déroulent depuis 1923. Une cérémonie diffusée en Belgique et dans de grandes villes des Etats-Unis.

En cette année 2020 s’achève le 75e anniversaire de plusieurs événements décisifs de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, dont la libération de la Belgique et de sa capitale Bruxelles, la Bataille des Ardennes et le jour de la Victoire en Belgique.

Cette grande tradition du Memorial Day se déroulera cette année sous un format virtuel, pandémie oblige, permettant à des gens des quatre coins du monde d’y assister et d’honorer ensemble les Américains morts au combat.

La cérémonie sera accessible dès 18 heures grâce au direct vidéo ci-dessus ou via ce lien.

Lundi 18 heures en direct

L’ambassadeur américain Ronald Gidwitz inaugurera l’événement en direct depuis la Belgique. D’autres personnalités prendront la parole au cours de ces commémorations, dont la Première ministre Sophie Wilmès, le Général John Love, représentant militaire des États-Unis auprès de l’OTAN, le secrétaire américain William Matz de l’American Battle Monuments Commission, et bien d’autres.

"L’événement en ligne est unique par son approche combinant le direct et une expérience virtuelle. Le public pourra non seulement visionner l’événement, mais aussi y prendre part en temps réel. Au cours de la cérémonie, les spectateurs auront le choix de la regarder individuellement en direct sur leur ordinateur ou appareil mobile, ou d’inviter jusqu’à huit personnes à les rejoindre dans une "rangée de sièges" virtuelle (option uniquement disponible sur ordinateur) pour vivre la cérémonie ensemble, comme ils l’auraient fait en situation réelle. Les invités d’honneur compteront certains des derniers vétérans de la Deuxième Guerre mondiale. Les participants seront également invités à déposer une rose virtuelle en l’honneur des Américains morts au combat", précisent les organisateurs.

Une longue histoire depuis 1923

En 1923, un groupe de citoyens américains vivant à Bruxelles et à Anvers se sont réunis pour former l’American Overseas Memorial Day Association (AOMDA) en Belgique. Ces simples citoyens ont organisé la première cérémonie du Memorial Day en Belgique à la Mission épiscopale méthodiste de Bruxelles et ils ont organisé la première cérémonie du Memorial Day au cimetière américain de Flanders Field.

De ces humbles origines, la nature et la portée d’AOMDA Belgique ont évolué au fil des décennies. Après la Seconde Guerre mondiale, AOMDA Belgique a commencé à organiser des cérémonies du Memorial Day dans les cimetières américains des Ardennes et Henri-Chapelle, en plus de la cérémonie au Flanders Field. La mission d’AOMDA Belgique s’est élargie pour honorer et préserver les tombes des Américains enterrés dans des tombes isolées à l’extérieur de ces cimetières.

Aujourd’hui, AOMDA Belgique est un partenariat public privé dont la force motrice est la Fondation AOMDA.

Des cimetières américains et des lieux de mémoires en Belgique

En Flandre, c’est à Waregem que se trouve le seul cimetière militaire américain de Belgique. Quelque 370 soldats morts au combat durant la Première Guerre mondiale y reposent.
Les soldats américains ne sont arrivés en Europe qu’en 1917. En Belgique, ils ont surtout été mobilisés durant l’offensive finale de 1918.

"En 1927, le pilote américain Charles Lindbergh a rendu hommage aux soldats morts à la guerre : depuis The Spirit of Saint Louis, l’avion à bord duquel il avait été le premier à réaliser la traversée de l’Atlantique, il a jeté un bouquet de fleurs sur le cimetière", raconte le site officiel du site mémorial.

Au cimetière et mémorial américain Henri-Chapelle en Belgique, couvrant 57 acres, reposent 7992 militaires américains morts, dont la plupart ont perdu la vie lors de l’avancée des forces armées américaines en Allemagne.

"Leurs pierres tombales sont disposées en arcs doux balayant une vaste pelouse verte qui descend doucement en descente. Ce qui en fait le Arlington belge que l’on voit dans de nombreux films américains. Le cimetière possède une grande importance historique militaire car il détient les Américains tombés de deux efforts majeurs, l’un couvrant la campagne de la Première armée américaine en septembre 1944 à travers le nord de la France, la Belgique, la Hollande et le Luxembourg en Allemagne, et le second couvrant la bataille des Ardennes" explique le site web officiel.

C’est du cimetière provisoire d’Henri-Chapelle en 1947 que les premiers chargements de restes de morts américains ont été renvoyés aux États-Unis pour y être enterrés de façon permanente.

"La première cargaison de 5600 morts de guerre américains d’Henri-Chapelle a quitté Anvers, en Belgique, la première semaine d’octobre 1947. Une cérémonie impressionnante a eu lieu, avec plus de 30.000 citoyens belges présents, ainsi que des représentants du gouvernement belge et des Américains âgés".

Le cimetière américain des Ardennes est le dernier lieu de repos de 5328 militaires décédés lors de la deuxième guerre mondiale. Ils sont originaires de presque tous les états de l’Union des Etats-Unis ainsi que du District de Columbia (la capitale américaine). Mais on compte aussi des soldats du Canada, Danemark, France, Allemagne, Irlande, Philippines, Royaume Uni et les Antilles britanniques.

"Parmi les tombes, 22 sont le lieu de repos de 11 paires de frères enterrés côte à côte. 792 tombes sont marquées d’une croix où on peut lire (Ici repose seulement connu de Dieu, un camarade mort au combat). Sur le mur des disparus figurent les noms de 462 militaires dont les corps n’ont jamais été récupérés" indique le cimetière sur son site web.

Parce que le cimetière a servi de point central d’identification pendant et après la guerre, les hommes qui y sont enterrés ont été tués non seulement sur notre territoire, mais aussi en Europe et en Méditerranée. "Il y a même une sépulture d’un soldat tué à Guadalcanal dans le Pacifique. Trois cinquièmes des sépultures appartiennent à des aviateurs abattus au-dessus de l’Europe".

Le Royaume de Belgique a accordé à perpétuité le site du cimetière américain des Ardennes aux Etats-Unis d’Amérique. La Commission des Monuments de Guerre Américains (American Battle Monuments Commission – ABMC), une agence du gouvernement des Etats-Unis, gère et maintient ce cimetière.

A Bastogne, le Mardasson créé en 1945, a pour objectif de prolonger et de développer les rapports économiques et sociaux entre la Belgique et les Etats-Unis. Paul Van Zeeland, ancien Premier ministre, en est un des instigateurs. En forme d’étoile américaine à cinq branches, il a été conçu par l’architecte Georges Dedoyard pour honorer la mémoire des 76.890 soldats américains tués, blessés ou disparus pendant la bataille des Ardennes.

"Le 4 juillet 1946, jour de l’indépendance américaine, est inauguré une dalle commémorative, sorte de première pierre de l’édifice (aujourd’hui au centre du mémorial). Les aménagements des lieux ont été exécutés par 40 prisonniers allemands venus du camp de Poix. Le même jour, une urne contenant de la terre de la colline est envoyée symboliquement au président américain Harry Truman. La construction de l’édifice débute au printemps 1948 : 60.000 mètres cubes de terre et de rochers sont déplacés. En juillet 1949, la structure et la plate-forme qui surplombent le mémorial sont achevées" décrit le site officiel.

Le Mémorial est inauguré le 16 juillet 1950 devant 10.000 personnes, dont le célèbre général Anthony McAuliffe.

"Très vite, il devient une halte pour les officiels et les célébrités de passage à Bastogne, le Roi Baudouin, le Roi Albert, le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse du Luxembourg, le Prince Bernhard des Pays-Bas, Neil Asmtrong, etc.", explique-t-on encore sur le web.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK