Ce dimanche, plus que jamais, le carnaval d'Alost focalise l'attention

Photo prise au carnaval d'Alost en 2019
Photo prise au carnaval d'Alost en 2019 - © JONAS ROOSENS - BELGA

Le carnaval d'Alost débute ce dimanche. Ces festivités focalisent l'attention, peut-être plus encore que lors des éditions précédentes. Certains personnages caricaturaux présents dans le défilé ont suscité la polémique ces dernières années. Des dirigeants de la N-VA ont été affublés d'uniformes nazis. Et en 2019, il y a eu ce char présentant des juifs orthodoxes au nez crochu assis sur un tas d'argent. Depuis, le carnaval a été retiré de la liste du patrimoine culturel de l'Unesco.

Le carnaval, c'est un moment à part dans l'année, explique Clémence Mathieu, directrice du Musée international du carnaval et du masque de Binche : "C'est une période qui laisse la place à tous les excès. Et, parmi les excès, on retrouve la satire. C'est dans ce cadre que se place le carnaval d'Alost".

Provocation ou apaisement ?

La représentation du Juif à Alost a suscité la polémique l'an dernier. Alors, peut-on se moquer de tout ou faut-il limiter la liberté d'expression durant le carnaval ? "Je pense qu'il faut distinguer la caricature, ou la satire, qui est une déformation du réel dans le but de provoquer, de l'invention de la réalité. A savoir, ici en l'occurrence, le fait de prendre la figure du Juif comme un bouc émissaire" poursuit Clémence Mathieu.

De nombreuses voix se sont élevées pour réclamer l'interdiction de telles caricatures. Cette demande a été rejetée jusqu'ici par le bourgmestre d'Alost, Christoph D'Haese (N-VA). "C'est interpellant parce que l'on dit souvent qu'un folklore est le reflet de la société. Le fait que les autorités défendent ces représentations antisémites est extrêmement inquiétant", dit encore Clémence Mathieu.  

D'autres voix plaident pour le respect du folklore et de la tradition: "Il faut bien sûr laisser évoluer une tradition, sinon elle se fige et meurt. Ou alors elle se fige et devient un stéréotype sans sens".

Provocation ou apaisement dans les rues d'Alost cette année ? Réponse dans l'après-midi.