Cathy Min Jung, directrice du Rideau de Bruxelles : "Le secteur culturel est totalement responsable, réfléchi et pondéré"

Après 6 mois de fermeture pour la Culture, le Comité de concertation de ce vendredi 23 avril n’a pas suivi les demandes du secteur. Des spectacles pourront être organisés à partir du 8 mai, mais avec 50 personnes et uniquement en extérieur.

Cathy Min Jung, la directrice artistique et générale du théâtre le Rideau de Bruxelles était l’invitée du JT de 13 heures ce samedi 24 mars. Elle explique que le secteur a travaillé dur. Depuis octobre, au moment du deuxième confinement, des protocoles existent pour pouvoir rouvrir les lieux culturels. "Les décisions d’hier montrent que non seulement ces protocoles ont été balayés d’un revers de la main, il paraît même qu’ils n’en existeraient pas, ce qui est complètement faux. D’autre part, ce qui est vraiment révoltant c’est de voir tout ce travail réfléchi, responsable, qui a été élaboré en concertation avec les experts et les politiques, tout ce travail est méprisé. C’est comme si nous n’étions pas capables de discuter avec nos responsables politiques pour élaborer un plan de reprise de la culture qui soit sécurisé".

Hier soir, Bénédicte Linard, ministre francophone de la Culture (Ecolo) expliquait au JT de 19h30 que son action s’arrêtait aux portes du Comité de concertation. Cela fait dire à Cathy Min Jung que la ministre de la Culture est impuissante lors des discussions et des prises de décisions.

Qu’est-ce que cela dit de la place de la Culture dans notre société ?

La directrice artistique et générale du théâtre le Rideau de Bruxelles rappelle que le monde culturel représente un pan énorme de la société et qu’il n’est pas convié à la table des négociations et des prises de décisions "et ça c’est vraiment effrayant".

Les actions Still standing for Culture

Cela fait quelques jours que le mouvement Still Standing for Culture, qui rassemble des acteurs culturels de Bruxelles et de Wallonie, a annoncé qu’environ 90 lieux culturels allaient accueillir du 30 avril au 8 mai des spectateurs en respectant les protocoles sanitaires en vigueur. Le Rideau de Bruxelles va lui aussi proposer de la culture à partir du 1er mai, mais sans entrer dans des actions qui seraient illégales ou propagatrices du virus, explique sa directrice. Et elle précise : "Le secteur est totalement responsable, réfléchi et pondéré par rapport à la gestion de cette crise sanitaire". Ces actions, explique Cathy Min Jung, même si on pense que proposer de la culture est illégal et que cela ne respecte pas les règles du Comité de concertation, "c’est au contraire se battre pour le respect des droits fondamentaux".

Tout est fait pour gagner du temps et ne pas prendre réellement en considération tout un pan de la société

La directrice artistique et générale du théâtre le Rideau de Bruxelles a aussi rappelé l’arrêt du 31 mars dernier du tribunal de première instance de Bruxelles qui avait rendu une décision en référé dans laquelle il juge illégales les mesures prises par le gouvernement, qui restreignent les libertés des citoyens dans le but de lutter contre le Covid. L’Etat a dans la foulée saisit la cour d’appel. Pour elle "pour le moment tout est fait pour gagner du temps". Elle énumère ensuite toutes les conditions demandées : les protocoles sanitaires (qui sont prêts depuis la fin du mois d’octobre, rappelle-t-elle), les systèmes d’aération, le testing… "Tout est fait pour gagner du temps et ne pas prendre réellement en considération tout un pan de la société. Pour ne pas prendre réellement en considération les vrais arguments qui pourraient permettre de mieux gérer cette crise sanitaire. Qui pourraient permettre une gestion plus solidaire. D’avoir une gestion du risque, plutôt que d’avoir une gestion de la crise".

Pour conclure, Cathy Min Jung estime que si la Culture n’est pas écoutée aujourd’hui, cela n’est pas dû à une question de lobbying, mais que c’est une question idéologique, un choix de société et politique. Elle précise que le secteur s’est battu depuis les premiers jours de la pandémie pour rappeler le caractère essentiel de la Culture. "Aujourd’hui, nous voyons que des activités non essentielles rouvrent et pas la Culture".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK