Carlton de Lille: "Je n'ai pas de recruteur, si ce n'est moi-même", affirme DSK

Procès du Carlton de Lille: Paszkowski cachait à ses amis que Jade était une prostituée
Procès du Carlton de Lille: Paszkowski cachait à ses amis que Jade était une prostituée - © DENIS CHARLET - BELGAIMAGE

Le tribunal correctionnel de Lille a analysé, mercredi après-midi, les auditions d'une escort-girl belge qui se fait appeler Estelle et qui, au fil du temps, est apparue comme étant "la favorite" de Dominique Strauss-Kahn, qui est resté sur sa ligne de défense. "Elle ne m'est jamais apparue comme une prostituée", mais plutôt "une libertine parfaitement assumée". Il conteste par ailleurs avoir eu recours à "un recruteur" pour lui trouver de nouvelles conquêtes. Après les orgies auxquelles a participé Dominique Strauss-Kahn en France et en Belgique, le tribunal s'est aussi penché sur le voyage à Washington, organisé fin janvier 2010.

Le tribunal s'est penché sur un voyage de trois jours à Washington, qui s'est déroulé en décembre 2010. Deux escort-girls, "Estelle" et "Marion", avaient été payées 2500 euros pour quatre heures de prestation lors de leur séjour américain. Elles avaient accompagné Fabrice Paszkowski, David Roquet, Jean-Christophe Lagarde et le supérieur hiérarchique de ce dernier au sein de la police nationale. Le but était de rencontrer Dominique Strauss-Kahn, alors directeur du Fonds monétaire international en poste dans la capitale fédérale américaine.

Entre 2007 et 2010, Estelle et DSK ont eu une dizaine de relations sexuelles à Paris, Bruxelles, Lille et Washington. Si Estelle se dit libertine et affirme qu'elle ne vend pas ses charmes, le président du tribunal a relevé que la Belge avait menacé de ne pas avoir de relations sexuelles sur le sol américain si elle ne percevait pas son argent de Fabrice Paszkowski.

Le commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde, qui s'étonne d'être considéré comme "la seconde personne à choyer après DSK" comme l'a déclaré Estelle, précise que plusieurs incidents ont éclaté entre la jeune Belge et Fabrice pour un motif d'ordre financier durant le séjour.

DSK ne conteste pas la version d'Estelle selon laquelle il lui a proposé de lui payer ses frais de voyage de Bruxelles vers Paris, sans passer par Fabrice Paszkowski, car il s'entendait bien avec "cette libertine parfaitement assumée". Il dément néanmoins lui avoir demandé combien elle était payée pour entretenir des relations sexuelles avec lui car "elle ne lui est jamais apparue comme étant une prostituée".

Estelle, et d'autres filles, ont qualifié Fabrice Paszkowski de "recruteur" ou de "commerçant" pour DSK. Ce dernier prétend pour sa part qu'il n'a pas de "recruteur", si ce n'est lui-même.

Paszkowski cachait à ses amis que Jade était une prostituée

Jade a accompagné Fabrice Paszkowski lors d'un voyage à Washington, ainsi que Jacques Mellik (ex-député maire socialiste de Béthune) et sa compagne Catherine, laquelle aurait refusé les exigences sexuelles de DSK. La prostituée aurait été obligée d'avoir une relation sexuelle avec un artiste qui milite pour les droits de la femme.

Le groupe a passé deux nuits dans la capitale fédérale américaine mais Jade dit que Dominique Strauss-Kahn n'a eu aucune relation sexuelle complète avec elle. DSK a rompu les préliminaires entamés avec elle et sa compagne du jour car l'amie de Jacques Mellik refusait de participer à une partie fine à plusieurs. Un refus qui aurait fâché DSK, selon Jade, et qui aurait plombé l'ambiance au sein du groupe. "On m'a donné 2000 euros pour ce séjour. Vu que rien ne s'est passé avec DSK, j'ai servi de cadeau à un autre Français de passage à Washington", raconte l'ancienne prostituée belge qui avait la chambre la plus luxueuse "afin d'accueillir les invités".

Ce Français est un artiste qui milite pour les droits de la femme, selon Fabrice Pazskowski. "C'était un secret, il ne savait pas que Jade était une prostituée mais il était attiré par elle. Je n'ai pas dit à Jade d'aller vers lui", confesse l'ami de DSK. "C'est un peu trahir ses copains que de cacher la vérité à cet homme et à votre ami Dominique Strauss-Kahn qu'ils couchaient avec des prostituées", lui a fait remarquer le président du tribunal, Bernard Lemaire.

Ce dernier s'interroge sur une photo sur laquelle Jade pose avec un grand sourire aux côtés de DSK dans son bureau au FMI. "D'autant plus que vous n'avez pas gardé un grand souvenir de votre dernière rencontre", dit le juge qui s'appuie sur les accusations portées plus tôt par l'ex-fille de joie qui avait détaillé un rapport brutal qui s'était déroulé dans un hôtel à Bruxelles, quatre mois plus tôt. "C'était une photo souvenir, comme celle des petits écureuils dans le jardin de la Maison Blanche", dit Jade qui insiste sur l'attitude courtoise de DSK lors de ce séjour outre-Atlantique.

L'ancien patron du FMI, quant à lui, prétend qu'il n'aurait jamais accepté cette photo s'il avait su qu'elle était de petite vertu.

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK