Carles Puigdemont a quitté sa prison en Allemagne: "Le temps du dialogue est arrivé"

L'indépendantiste catalan Carles Puigdemont est sorti vendredi de prison en Allemagne après sa remise en liberté sous contrôle judiciaire ordonnée la veille par la justice. 

Il est sorti peu avant 14H de la prison de Neumünster, dans le nord de l'Allemagne, où il était détenu depuis une dizaine de jours après son interpellation par la police allemande sur la base d'un mandat d'arrêt européen émis par Madrid.

A sa sortie, il a notamment déclaré: "Le temps du dialogue est arrivé. Je demande la libération des prisonniers politiques en Espagne. C’est une honte pour l’Europe".

Une procédure d'extradition reste toutefois ouverte à son encontre. La juridiction a ordonné la remise en liberté de Carles Puigdemont sous contrôle judiciaire, la conditionnant notamment au paiement d'une caution de 75.000 euros, dans l'attente de l'examen au fond de la demande d'extradition pour détournement de fonds publics. Cette charge est moins lourde: 4 à 8 ans de prison maximum.

Jugé uniquement pour détournement de fonds publics

Cette charge est moins lourde: 4 à 8 ans de prison maximum. Si la justice allemande décidait d'extrader Puigdemont pour ce motif, la justice espagnole ne pourrait le juger que pour détournement de fonds publics.

"Il existe une règle de spécialité. Si le juge allemand dit 'pour telle infraction, je délivre Puigdemont', la justice espagnole ne pourra le juger que sur base de cette infraction. C'est le principe", explique le professeur de droit Franklin Dehousse.  "Il y a une série d'exceptions. Mais on ne voit pas pourquoi sur quelle base le juge écarterait ce principe"

Cela ne signifie pas que les charges sont abandonnées. La justice espagnole garde les cartes en main et pourrait par exemple retirer le mandat européen, comme elle l'a fait il y a quelques mois en Belgique. 

>>> A lire : Des proches de Puigdemont ont bien déposé plainte en Belgique pour violation de la vie privée

Direct d'Henry de Laguérie depuis Barcelone (JT 13h):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK