Cannabidiol (CBD): un usage médical qui se fait sous le manteau

Vendus chez nous depuis quelques mois, les produits à base du fameux cannabidiol (CBD) – le "faux cannabis" pourrait-on dire – sont généralement vendus sans en vanter les propriétés thérapeutiques, afin de ne pas tomber sous le coup d’un exercice illégal de l’art médical ou de l’art pharmaceutique.

>> À lire aussi Cannabidiol (CBD): de quoi parle-t-on exactement ?

Pour éviter tout risque de poursuite, certains vendeurs vont même jusqu’à spécifier que ces produits vendus dans leur boutique ne sont pas destinés à la consommation humaine. On nage en plein flou juridique et dans un manque criant d'études scientifiques sérieuses sur le sujet.

Allo, docteur ?

Infor-Drogues considère que la Belgique doit se mettre au diapason européen. "Il ne faut pas considérer ce type de cannabis comme une drogue mais plutôt comme un médicament", explique Antoine Boucher. "Il faut donc lui trouver des points de vente approprié."

Le Docteur Lossignol, médecin spécialiste de la douleur à l'Institut Bordetlui, déplore que des malades soient contraints de se mettre dans l'illégalité pour ne plus avoir mal : "C'est désolant, commente-t-il. Je ne parlerai pas de dérive. Je pense que ces gens font ce qu'ils peuvent. Les effets antalgiques du cannabis sont connus depuis des siècles. Alors je ne vois pas pourquoi au 21e siècle des gens ne pourraient pas bénéficier de cela. In fine, on punit les gens deux fois. Ils ont mal et on ne leur permet pas de se soulager. D'un point de vue philosophique et moral, c'est très discutable".

Et le spécialiste d'insister : "Ce qui est interpellant, c'est qu'on a le produit naturel, qui a peu d'effets toxiques dans son utilisation médicale. Et on se refuse à le proposer. Alors qu'il y a d'autres médicaments disponibles en pharmacie qui sont beaucoup plus dangereux...".

Mais rappelons-le, il n'existe aucune étude sérieuse à ce jour sur les effets du CBD à long terme. 

En 2014 déjà, le docteur Lossignol, exposait ces arguments au journal télévisé, ce qui prouve que le débat est long et qu'il est difficile de faire évoluer les mentalités lorsque l'on parle du cannabis.

Le Pr. Lossignol, chef de clinique à l'Institut Jules Bordet en 2014

Un monde en mouvement sur la question

L'Afrique du Sud et le Canada ont rejoint il y a peu le club très fermé des territoires autorisant le cannabis (contenant du THC et du CBD) pour un usage récréatif, aux côtés de l’Uruguay et de l’Espagne, et certains états des États-Unis, comme la Californie ou le Nevada.

De nombreux autres pays ont rendu l’usage thérapeutique légal, comme l’Australie, le Portugal ou l’Allemagne et tout récemment, depuis le 1er novembre, le Royaume-Uni.

>> À lire aussi : Chanvre, cannabis: 10 choses que vous ignorez peut-être sur cette plante controversé

Tendances Première : Le Dossier Cannabis thérapeutique (07/06/2018)

Les progrès concernant l’utilisation des cannabinoïdes en médecine - Docteur Sueur (France)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK