Importante découverte à l'ULB dans la lutte contre le cancer: des chercheurs identifient les causes des métastases

Des chercheurs de l'ULB ont réalisé une découverte importante dans le domaine de la lutte contre le cancer. Ils ont identifié des cellules responsables des métastases, les tumeurs secondaires qui envahissent d'autres organes. Cette découverte permet d'ouvrir la porte à d'autres thérapies et à de nouveaux soins. 

Par l'étude de tumeurs de cancers fréquents, comme celui du sein ou de la peau, ils sont parvenus à mettre en évidence un fonctionnement insoupçonné. 

Trouver l'origine des métastases 

"Une des choses les plus passionnantes de cette étude c'est que toutes les cellules de la tumeur n'étaient pas identiques comme on le pensait. Il y a des cellules de différentes formes et chaque groupe de cellule se comporte de manière différente. Certaines de ces populations vont être à l'origine de métastases", explique l'une des chercheuses. 

Leur objectif était donc de comprendre qui exactement: "On pensait que c'était la population cellulaire la plus méchante et la plus invasives qui donnait des métastases, et en fait pas du tout. La population qui donnait le plus de métastases est en fait une molécule qui ressemblait très fort à la population de la tumeur primaire", précise le professeur Cédric Blanpain, professeur et chercheur en cellules-souches et cancer à l'ULB.

"Il existe déjà des médicaments"

Les scientifiques ont aussi remarqué que cette population était associée à une substance chimique.

"Ce sont des molécules exprimées dans la population de cellules qui vont donner des métastases et pour lesquelles il existe déjà des médicaments. Ce qu'on a déjà montré dans les laboratoires, c'est que ces médicaments vont bloquer cette molécule-là et bloquer l'apparition de nouvelles métastases", a-t-il ajouté.

Les chercheurs de l'ULB se concentrent aussi sur deux autres populations de la tumeur qui pourraient expliquer certains échecs dans les thérapies actuelles. Ils essayent de comprendre pourquoi certaines tumeurs résistent à la chimiothérapie et d'autres pas. Pour l'instant, ils ont découvert une molécule pourrait expliquer cette différence. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK