David Beckham et l'intelligence artificielle s'allient contre le paludisme

Nommée "Malaria Must Die, So Millions Can Live" (le paludisme doit mourir pour que des millions puissent vivre), la campagne de Malaria No More UK met en scène l’ancien footballeur anglais David Beckham dans une vidéo de 55 secondes.

L’ambassadeur de plus de 10 ans y parle 9 langues, dont le kiswahili de Tanzanie, le yoruba du Nigéria et le kinyarwanda du Rwanda : trois pays touchés par la maladie. "Le paludisme n’est pas une maladie comme les autres. C’est la maladie la plus mortelle qui ait jamais existé", déclare-t-il en se lançant dans un discours cosmopolite.

Intelligence artificielle

Les voix empruntées par David Beckham appartiennent à des hommes et des femmes qui ont connu la maladie personnellement : des survivants et des docteurs. Le procédé implique l’utilisation d’une intelligence artificielle pour synthétiser les différents discours en différentes langues sur le visage de Beckham.

C’est une technologie qui avait déjà fait du remous en 2016, lorsqu’elle avait été mise à disposition du grand public. C’est ainsi qu’on pouvait voir certaines personnalités dire des choses insensées. The Guardian l’appelait "le futur des fake news".

Pétition vocale

Aujourd’hui, la technologie a été utilisée à des fins plus recommandables. L’ancien capitaine de l’équipe national anglaise appelle le monde entier à prêter sa voix au combat et de dire : "La malaria doit mourir." Une première que Malaria No More UK appelle "pétition vocale".

"Nous savons que nous pouvons gagner le combat contre la maladie et nous vous demandons de participer avec votre outil le plus puissant : votre voix", pouvons-nous lire sur le site de la campagne. "Pendant des années, les voix ont été le fer de lance des révolutions, ont contribué au changement et ont fait du monde un endroit meilleur."


►►► A lire aussi: Cyclone Idai en Afrique australe: plus de 650 morts, risques d'épidémies


Un enjeu de taille

En octobre, les dirigeants du monde vont décider des fonds dédiés à la lutte contre le paludisme lors de la conférence du Fonds mondial de Lyon. Généralement, plus de la moitié du budget contre le paludisme provient de cette subvention.

Selon un rapport de l’OMS, le nombre de décès dû au paludisme a été estimé à 435.000 en 2017 tandis que le nombre de cas recensé est estimé à 219 millions, des chiffres qui proviennent pour la plus grande partie du continent Africain.

"Il est inadmissible que le paludisme tue un enfant toutes les deux minutes alors je vous en prie, ajoutez votre voix à la pétition", déclare David Beckham dans un communiqué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK