Camp d'été: une infection virale à l'origine des hospitalisations

RTBF
RTBF - © RTBF

Les enfants du mouvement de jeunesse flamand VKSJ, hospitalisés durant la nuit de samedi à dimanche après avoir souffert de maux de ventre alors qu'ils étaient en camp à Dilsen-Stokkem, sont vraisemblablement tombés malades à cause d'une infection virale, selon plusieurs médecins.

L'enquête menée par l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) l'avait auparavant déjà confirmé. On pensait au départ qu'il s'agissait d'une intoxication alimentaire.

Les cuisines ont été examinées et tout semblait en ordre. Il s'agit d'une forme grave de grippe intestinale, a indiqué le bourgmestre de Dilsen-Stokkem, Lydia Peeters (Open Vld). Le camp, qui réunissait septante enfants, a toutefois été fermé car d'autres enfants pourraient encore tomber malades. Quarante enfants au total sont tombés malades et quatorze ont été conduits dans divers hôpitaux de la région. Huit enfants ont entre-temps déjà pu quitter l'hôpital.

Des animateurs formés à l'hygiène

Le décret de la Communauté française sur les centres de vacances (1999) prévoit des formations obligatoires pour les animateurs de camps de jeunesse en matière de sécurité et d'hygiène alimentaires, a rappelé dimanche la ministre de la Jeunesse Evelyne Huytebroeck.

Une trentaine d'enfants d'un camp à Kampenhout (Brabant flamand) ont été hospitalisés vendredi soir pour de probables intoxications alimentaires. Samedi soir, neuf enfants d'un camp à Dilsen-Stokkem (Limbourg) étaient hospitalisés pour ce qui semble être des infections virales. "Le risque zéro n'existe pas", rappelle d'emblée Mme Huytebroeck, qui n'a pas encore eu connaissance de cas similaires cette année en Communauté française.

Elle souligne que tout camp agréé dispose en Communauté française d'un animateur formé pendant l'année aux règles de sécurité et d'hygiène alimentaires, telles que ne pas briser la chaîne du froid, ne pas utiliser l'eau de rivière ou encore veiller à laver les fruits et légumes.

Les animateurs d'unité sont aussi là pour assurer que tout est de qualité. Les formations d'animateurs enseignent en outre les réactions en cas d'incident alimentaire, comme avertir les secours en disposant des contacts adéquats. La ministre Ecolo insiste sur l'opération "Vert le camp", qui sensibilise les mouvements de jeunesse aux gestes concrets pour l'environnement. "En matière alimentaire, il est notamment recommandé de se fournir en légumes et fruits de saison auprès des producteurs locaux, ce qui offre davantage de garanties de fraîcheur que des surgelés ou des conserves", fait-elle observer.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK