Camion charnier en Autriche: un cinquième suspect interpellé

Deux des quatre suspects sont escortés par la police pour être présentés devant le tribunal de Kecskemét.
Deux des quatre suspects sont escortés par la police pour être présentés devant le tribunal de Kecskemét. - © ATTILA KISBENEDEK - AFP

Un cinquième suspect, un Bulgare, a été interpellé par la police hongroise dans la nuit de samedi à dimanche en relation avec le camion trouvé en Autriche contenant 71 cadavres de migrants, a annoncé dimanche la police.

Les quatre autres suspects dans la mort de 71 migrants, découverts jeudi dans un camion abandonné sur une autoroute autrichienne, sont maintenus en détention jusqu'au 29 septembre, a décidé samedi la justice hongroise.

"La période de détention préliminaire des quatre suspects a été prolongée jusqu'au 29 septembre", a annoncé le juge principal du tribunal de Kecskemét (Hongrie), Ferenc Bicskei, lors d'une conférence de presse.

"Si les charges ne sont pas présentées d'ici cette date, alors le juge estime que cette période pourra encore être prolongée", a précisé le porte-parole du tribunal, Szabolcs Sarkozy.

Les "petites mains" d'un gang

Les suspects, trois Bulgares - le propriétaire du camion et deux chauffeurs - et un Afghan, soupçonnés d'être les "petites mains" d'un gang, ont été présentés samedi devant le tribunal de Kecskemét, ville située à mi-chemin entre Budapest et la frontière serbe, devenue l'un des principaux points d'entrée dans l'UE pour des dizaines de milliers de migrants.

Le parquet a réclamé que les quatre hommes - deux âgés d'une trentaine d'années, les deux autres quinquagénaires - soient maintenus en détention en raison de la "nature exceptionnelle" du crime dont ils sont accusés, leur reprochant notamment d'avoir mené leur trafic d'êtres humains "à la manière d'un business".

Selon les premiers éléments de l'enquête, les 71 morts - 59 hommes, huit femmes et quatre enfants, vraisemblablement syriens - auraient péri asphyxiés dans le camion abandonné sur la bande d'arrêt d'urgence d'une autoroute de l'est de l'Autriche, près de la Hongrie.

"Tragédie humaine"

Partageant l'émotion suscitée par ce drame, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit "horrifié" par cette "tragédie humaine" qui, a-t-il insisté, "appelle une réponse politique collective et déterminée".

Il a annoncé l'organisation d'une réunion sur ce dossier le 30 septembre à New York en marge de la session annuelle de l'Assemblée générale de l'ONU.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK