Ca y est, la folie des "hand spinners" a atteint la Belgique: des magasins en rupture de stock

On vous en parlait il y a quelques jours, alors que ces jouets conçus à la base pour déstresser les enfants autistes débarquaient à peine chez de nombreux détaillants: les "hand spinners" ou "fidget spinners" ont créé une véritable folie outre-Atlantique, où les fabricants, mais aussi les écoles sont débordées.

Mais en quelques jours, la vague a non seulement atteint, mais submergé la Belgique: on les voit fleurir aussi bien dans les boutiques, que dans les espaces publics mais aussi dans les cours de récréation, ce qui pose deux problèmes:

  1.  Comme c'était déjà le cas au Canada, ces petites toupies à trois alvéoles perturbent le fonctionnement des cours. Au point que les profs ont commencé à sévir... et à confisquer les objets perturbateurs. "Quand ils sont occupés avec ça en classe et salle d'étude, je confisque!" commente Hughes, qui est loin d'être le seul éducateur à sévir selon les témoignages recueillis.
  2. Les boutiques n'arrivent plus à suivre: la plupart des magasins que nous avons consultés étaient en rupture de stock, ou étaient en passe de l'être. On peut encore en trouver sur les marchés, comme à Namur ce samedi matin. Bien sûr, il reste les sites de vente en ligne, mais là aussi, les délais s'allongent! Il faut dire que les spinners occupent la totalité des TOP 50 des jouets les plus vendus sur Amazon, aussi bien aux Etats-Unis qu'en France!

 

5 façons faciles d'utiliser le spinner

Comment expliquer ce succès?

1. Les réseaux sociaux

Pour le vendeur interrogé, c'est clair: c'est l'influence des réseaux sociaux. Et ici, en particulier de You Tube: les Youtubeurs se sont saisis du phénomène, avec des vidéos "de démonstration", qui atteignent plusieurs millions de vues chacune. Le but est d'utiliser le spinner de la façon la plus originale possible, ou de réaliser une performance particulière, comme ce joueur qui a testé s'il pouvait faire tourner son 1000 mph (pour 1000 miles à l'heure) sur l'eau, par exemple...

Interrogé par le New York Post, Allen Ashkenazie, vice-président d’une entreprise fournissant des engins de ce type à Toys "R" Us et Walmart, a expliqué que plus de 20 millions d’exemplaires avaient trouvé preneur en quelques semaines à peine. Un succès qu'il explique par un retour des jouets déstressants, et surtout cette fameuse propagation virale sur les réseaux sociaux...

2. Un brevet tombé dans le domaine public

A la base, le "fidget spinner" est  un petit gadget destiné aux enfants autistes créé en 1997 par l'inventrice Catherine Hettinger. Depuis, son brevet est tombé dans le domaine public et les fabricants se sont emparés du concept pour le fabriquer de façon industrielle à un prix très bas  entre 2 et 10 euros. Ce qui le rend à la portée de toutes les bourses.

3. La viralité "in real life"

Mais il y aussi un côté viral "en réel": dès que les premiers élèves l'ont amené en cour de récré, tous les autres élèves ont voulu essayer... puis l'adopter. Et ça ne fonctionne pas que chez les jeunes: "Ca ne coute rien, ce n'est pas dangereux, pas coupant, et ça ne fait pas de bruit, explique Jérémy. Et surtout, ce n'est pas forcement destiné aux enfants ! J'en ai un et j'en ai offert un à tous mes collègues, et ça remplace juste les tics du genre cliquer sur son bic, tapoter des doigts, etc".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK