"C'est vrai que c'est difficile mais il faut encore un peu de courage"

Avec le retour du soleil, de nombreux espaces verts ont été pris d'assaut ce weekend et les mesures sanitaires parfois oubliées... Dans le Bois de la Cambre, aucune amende n’a pour autant été dressée. A quatre jours d'un nouveau Comité de concertation très attendu par tous les secteurs revendiquant un assouplissement, on en débat sur le plateau de CQFD avec Rajae Maouane, coprésidente d'Écolo et Philippe Close (PS), bourgmestre de la Ville de Bruxelles.

Il ne s'agit pas de distribuer des milliers de PV Covid

"On doit faire preuve de et juger avec discernement", avance Philippe Close, "les forces de l'ordre font leur travail, elles l'ont montré ce weekend, il ne s'agit pas de distribuer des milliers de PV Covid à des personnes à qui on essaie de rappeler le plus possible les normes".

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles le rappelle: "nous ne sommes pas encore sortis de l'épidémie, il faut encore un peu de courage [...] Ne faisons pas l'erreur du premier confinement, où on a relâché trop vite la pression, et où on a dû refermer, car on a eu cette deuxième vague".

Aujourd'hui on a besoin de messages clairs

"Moi je ne voudrais pas être celui qui donne un message qui encourage le relâchement, ni celui qui va sanctionner ou faire la morale tout le temps. Si la Belgique est passée du dernier de la classe à un élève correct, c'est aussi parce qu'il y a eu un changement de méthode et qu'on a mis la santé au coeur du projet politique. Et c'est ça le message que je veux donner: c'est vrai que c'est difficile, mais il faut encore un peu de courage", explique Philippe Close.

Rajae Maouane poursuit: "il faut gérer les choses avec humanité et discernement. Je n'ai pas envie de jouer au good cop ou bad cop. Cela fait près d'un an que la situation est difficile pour tout le monde. Je ne vais pas jouer la concurrence entre les secteurs, ça n'apporte pas grand chose. Je pense qu'aujourd'hui on a besoin de messages clairs [...] de perspectives avec un calendrier". Encore attendre trois à quatre semaines? Ok, mais à conditions d'expliquer très clairement pourquoi à la population, répond coprésidente d'Écolo.

Si on veut que la population tienne, il faut qu'on la responsabilise 

Faisons confiance à nos modèles

Dans une opinion publiée dans La Libre Belgique ce weekend, le bourgmestre d'Ixelles appelle à un début de déconfinement, invoquant un risque d'explosion: "Notre pays devrait accepter dès la fin du programme de vaccination des personnes à risques de lever clairement un nombre important de restrictions", préconise-t-il.

"Comme responsable politique local, on consulte beaucoup", réagit Philippe Close. "C'est vrai que quand on aura vacciné les plus de 65 ans et les plus à risques, 95% des personnes qui risquent de mourir du coronavirus seront vaccinées. On passera d'une gestion des contaminations à une gestion des hospitalisations. On aura un changement de paradigme [...] Moi je suis convaincu que dès qu'on aura vacciné ces personnes, on va basculer de modèle d'évaluation, mais pour ça faisons confiance à nos modèles, ils ne se sont pas trompés [pour la deuxième vague, Ndlr]", conclut le bourgmestre de la Ville de Bruxelles qui dit ne pas attendre une révolution du Codeco à venir ce vendredi.

Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK