Burn out et alcoolisme: une plateforme mise en place pour aider les médecins

Koen Matton, le coordinateur de la  plateforme d'aide aux médecins.
Koen Matton, le coordinateur de la plateforme d'aide aux médecins. - © Tous droits réservés

Une étude vient de le confirmer, les médecins spécialistes boivent près de deux fois plus que le reste de la population. Un sujet qui reste tabou dans la profession. Devant l’importance du phénomène, l’Ordre des Médecins a créé, voici deux ans, une plateforme en ligne conçue pour aider les médecins qui ne peuvent plus contrôler la pression qu’ils subissent. 207 praticiens y ont déjà fait appel.  

Selon une étude de l'Université d'Anvers, 18% des médecins ont une consommation d'alcool problématique. C’est là qu’intervient la plateforme "Médecinsendifficulté.be"

Koen Matton, le coordinateur de cette plateforme comptabilise 207 réponses de médecins en moins de deux ans, dont 60 la première année. Une augmentation qu’il attribue à la notoriété croissante du site en ligne. Pour l’instant, la plupart des cas concernent pourtant le burn out. Pour une raison évidente à ses yeux : "Les cas d’alcoolisme sont moins fréquents parce qu’il est plus difficile, pour un médecin, de reconnaître un problème d’alcool qu’un burn out. Le sujet est tabou et il est difficile de motiver un médecin à suivre un traitement". Un traitement  qui suppose généralement une hospitalisation.   

La prise de conscience de l’Ordre

Il y a donc eu une prise de conscience de l’Ordre des Médecins : "Nous avons décidé de faire quelque chose au niveau national. Les médecins peuvent appeler ou nous nous contacter par internet et  je les rencontre. Si c’est un problème diagnostiqué comme psychique (ce qui n’est pas toujours le cas), le confrère est orienté vers un médecin de confiance . Et c’est ce dernier qui devra identifier la problématique et proposer de rencontrer un professionnel. Et le plus difficile est souvent de motiver le médecin à s’y rendre."

Dans 80% des cas, c’est le médecin lui-même qui appelle. Dans les autres cas, ce sont des confrères ou des membres de la famille inquiets.

Le stress, l’administration, la pression grandissante

La cause de l’addiction est souvent liée à la charge de travail et l’administration qui réduit le contact avec les patients."Tout cela contribue à créer un stress que les médecins tentent de réduire en buvant un verre, puis deux… ", commente Koen Matton qui dénonce la complexité grandissante de l’administration depuis 10 ans. "Jadis l’hôpital ne devait pas obligatoirement être rentable, c’est la sécurité sociale qui payait. Mais la baisse de financement a obligé les hôpitaux à chercher la rentabilité, avec une pression croissante sur les médecins. Il faut faire le travail avec moins de temps et moins d’infirmières."

L’interdiction d’apparaître vulnérable

Une autre raison du tabou est l’omerta qui règne sur le phénomène. Un médecin en difficulté n’ose pas en parler. "Et s’il n’en parle pas, le service ne sera pas réorganisé pour rencontrer ses demandes. Car le médecin serait honteux d’apparaître comme vulnérable. C’est ce qu’il apprend dès l'université."

40 fois par an, les membre de Médecins en difficulté visitent les hôpitaux et les groupes de médecins pour aborder la question, oser parler du burn out, de l’alcool et dire qu’un médecin peut être vulnérable, que c’est humain. 

Quand le travail ne va plus, c’est toute la vie du médecin qui s’écroule.

Les jeunes seraient les plus ouverts à cette démarche. Pour le coordinateur de la plateforme, un médecin qui travaille 24/24  et 7/7 ne correspond plus à ce que désire la nouvelle génération. Avec toutefois un problème mathématique : si le médecin ne travaille plus 64 heures semaines mais 40 h, il faudra plus de praticiens, ce qui n’est pas possible.

"Les études montrent que la dernière chose qui résiste chez un médecin stressé, c’est son travail. Famille et amis peuvent passer à l’arrière-plan, mais quand le travail ne va plus, c’est toute la vie du médecin qui s’écroule."

L'enquête complète est à lire dans le magazine MEDOR 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK