Buizingen: émotion autour d'une constitution de partie civile

Les familles des victimes rendaient hommage aux disparus à la gare de Mons, le 13 février dernier
Les familles des victimes rendaient hommage aux disparus à la gare de Mons, le 13 février dernier - © Belga

La constitution de partie civile que les victimes de l'accident de train de Buizingen souhaitent déposer pose problème et irrite certains d'entre eux. Elle doit en effet être traduite en néerlandais si elle est introduite en français. Incompréhension.

Geneviève Isaac, parente d'une des victimes majoritairement wallonnes de l'accident de Buizingen, est l'une des personnes qui entendait se constituer partie civile.

Elle a fait part ce matin de son incompréhension quant à la procédure à suivre: la constitution de partie civile doit en effet être traduite du français vers le néerlandais dans la mesure où les prévenus seraient majoritairement néerlandophones. Mais elle ne sera pas rejetée si elle est introduite en français, explique le substitut en charge du dossier, qui s'inscrit en faux contre les accusations de rejet de la constitution de partie civile.

RTBF
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK