Bonbonnes de gaz Porte de Hal: l'individu interpellé a été condamné dans un dossier "terrorisme"

Bonbonnes de gaz Porte de Hal: l'individu interpellé a été condamné dans un dossier "terrorisme"
2 images
Bonbonnes de gaz Porte de Hal: l'individu interpellé a été condamné dans un dossier "terrorisme" - © RTBF - DR

Une voiture contenant des bonbonnes de gaz a été interceptée par la police à Saint-Gilles ce jeudi en fin d'après-midi. "Un véhicule a brûlé des feux rouges à hauteur de la chaussée de Waterloo. La patrouille a vu des bonbonnes de gaz dans le véhicule. Ils ont appelé les services de déminage. Tout le périmètre est évacué", nous confirmait alors Marie Verbeke, porte-parole de la Zone de Police Midi.

Selon notre journaliste sur place, une détonation a été entendue dans le quartier de la Porte de Hal peu après 18h. Deux bonbonnes ont été retirées du véhicule en question avant d'être neutralisées par les démineurs. Elles n'étaient pas équipées d'un système de mise à feu.

Le véhicule, une camionnette de marque Fiat, disposait en outre d'une mauvaise plaque d'immatriculation, a indiqué une source policière à la RTBF. Les policiers avaient par ailleurs aperçu des fils dans la camionnette, mais il s'agirait en fin de compte de fils utilisés pour des travaux de construction, d'après cette même source.

Le conducteur condamné en 2016

Le conducteur du véhicule a été arrêté pour être auditionné. Le parquet de Bruxelles ne souhaite pas communiquer l'identité du conducteur, pour des raisons liées à l'enquête. Par voie de communiqué, le parquet indique qu'il est par ailleurs prématuré de préjuger de l'intention criminelle de l'individu.

Selon nos sources, l'homme s'est rendu en Syrie et avait été arrêté à Bruxelles en 2014. Il est soupçonné d'être membre d'une filière terroriste et, l'année dernière, il avait été condamné à cinq ans de prison avec sursis dans le cadre du procès autour de la filière Zerkani, du nom d'un recruteur de combattants pour la Syrie.

 

"Ce sont les policiers de Saint-Gilles qui ont pris une voiture en flagrant délit d'excès de vitesse. Ils l'ont suivie, précise Charles Picqué, le bourgmestre de Saint-Gilles au micro de la RTBF. Ils ont réussi à intervenir et à l'arrêter. La personne qui conduisait est signalée comme radicalisée. Ils ont demandé d'ouvrir le coffre de la voiture, la personne a refusé. Ils ont forcé le coffre et ont découvert des bonbonnes de gaz."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir