Bruxelles se convertit au gaz riche

Bruxelles se convertit au gaz riche
Bruxelles se convertit au gaz riche - © Tous droits réservés

C'est la seconde vague de conversion de 500 000 clients bruxellois au gaz riche. Ils recevront une communication dans les prochains jours, leur demandant de faire vérifier la compatibilité des leurs appareils fonctionnant au gaz avec le gaz riche.

Pourquoi cette conversion?

La Région de Bruxelles-Capitale est actuellement fournie en gaz pauvre provenant du nord des Pays-Bas. L’exploitation gazière y génère des problèmes de stabilité du sol (tremblements de terre) et le gouvernement néerlandais a décidé de réduire progressivement ses exportations de gaz dès 2024 pour les supprimer totalement en 2030. La différence entre les deux types de gaz réside dans le pouvoir calorifique : pour une même quantité de gaz brûlée, le gaz pauvre génère moins de chaleur que le gaz riche.

Quand?

Sur la base d’un calendrier convenu au niveau fédéral, la Région de Bruxelles-Capitale a été divisée en 4 zones qui seront successivement converties au gaz riche en 2020, 2021, 2022 et 2023;
2020 : Berchem-Sainte-Agathe, Koekelberg et de Molenbeek-St-Jean
2021 : Jette, Ganshoren, Laeken, Neder-over-Heembeek, Haren, Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Node et Evere
2022 : Anderlecht, Forest, Saint-Gilles, une partie d’Ixelles, Uccle et Bruxelles
2023 : Etterbeek, l’autre partie d’Ixelles, les deux Woluwe, Auderghem et Watermael-Boitsfort

Pour connaitre son année de conversion, il suffit d’introduire son adresse dans le moteur de recherche du site www.legazchange.brussels.

Que doit faire le consommateur?

Il doit faire vérifier la compatibilité de ses appareils fonctionnant au gaz (chauffe-eau, chaudière, feu décoratifs…) avec le gaz riche et éventuellement les faire régler par un technicien habilité. Cette vérification peut être couplée au contrôle périodique PEB, obligatoire tous les 2 ans.

98 % des appareils pourront continuer à fonctionner normalement avec le gaz riche moyennant, ou non, un réglage préalable et/ou postérieur à la conversion. En effet, les appareils vendus en Belgique depuis 1978 sont adaptés aux deux types de gaz (pauvre et riche). Les appareils qui ne répondent pas aux normes belges ne seront vraisemblablement pas compatibles et devront donc être remplacés.

Quel coût?

Couplée au contrôle périodique, la vérification ne devrait générer aucun coût supplémentaire. Pour rappel, une prime régionale est disponible pour aider les publics précarisés à effectuer le contrôle périodique. 

La conversion des réseaux de transport (Fluxys) et de distribution (Sibelga) ne génèrera elle aucune surcharge ou prélèvement spécifique sur les tarifs du gaz.

Pour Céline Fremault, ministre bruxelloise de l’Environnement et de l’Énergie: « Cette conversion est une occasion unique pour sensibiliser les Bruxellois, ménages et entreprises à l’importance de veiller au bon fonctionnement de tous leurs appareils de chauffe. Le chauffage constitue la première source d’émission de CO2 et de particules fines en Région bruxelloise. Un meilleur fonctionnement, un bon réglage, une modernisation et un renouvèlement de ce parc de chauffage permettront d’améliorer la qualité de notre air et participeront à l’atteinte de nos objectifs climatiques. »

Archives: Journal télévisé 20/09/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK