Bruxelles: quelque 20 000 personnes ont défilé contre la haine

Bruxelles: quelque 20 000 personnes ont défilé contre la haine
2 images
Bruxelles: quelque 20 000 personnes ont défilé contre la haine - © EMMANUEL DUNAND - BELGAIMAGE

Il n'y avait pas que les Français qui avaient prévu de se mobiliser : des citoyens de toute l'Europe s'étaient donnés rendez-vous à Paris, dont de nombreux belges. Pour ceux qui ne pouvaient pas se rendre sur place, un rassemblement avait aussi été prévu à Bruxelles : une manifestation contre la haine et pour la liberté d'expression. Le départ de la marche a été donné peu après 14h30 depuis la gare du Nord. Selon le comptage officiel de la police de Bruxelles, plus de 20 000 personnes ont défilé jusqu'à la gare du Midi, où se terminait le cortège.

Un long cortège a quitté la gare du Nord vers 14h30 pour prendre la direction, selon l'itinéraire de ce genre de manifestations, de celle du Midi que les premiers participants ont ralliée vers 16h30.

La police de Bruxelles-Capitale Ixelles a recensé quelque 20 000 participants au mouvement, a-t-elle indiqué sur Twitter.

Le cortège a été régulièrement parsemé de vagues d'applaudissements, depuis la tête jusqu'à sa fin.

Beaucoup de manifestants brandissaient des panonceaux "Je suis Charlie", d'autres des pancartes "Ensemble contre la haine" en français et néerlandais. La tête du cortège, derrière une banderole reprenant ce slogan et une autre proclamant en anglais "Freedom of speech", réunissait des personnalités de la politique, des médias et du milieu associatif belge.

Parmi ces personnalités, le dessinateur Philippe Geluck, particulièrement touché par la forte mobilisation à Bruxelles : 

Mais des mandataires politiques étaient disséminés tout au long de la manifestation, qui intervient cinq jours après la sanglante attaque menée contre le siège de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo à Paris, qui a fait douze morts.

"Merci Bruxelles pour ce magnifique bras d'honneur à la connerie !", a commenté sur Twitter l'ambassadeur de France en Belgique, Bernard Valero, à l'issue de la marche.

D'autres manifestations similaires ont eu lieu dimanche dans plusieurs villes belges - avec près de 3000 participants à Gand et quelque 500 à Verviers - et dans le monde.

"Travailler au rapprochement entre les différentes communautés"

La marche de Bruxelles a eu lieu suite à un appel de citoyens d'associations de forces vives. L'un des organisateurs, Henri Goldman, rédacteur en chef de la Revue Politique estime que quand "on a une émotion pareille qui naît, il faut absolument trouver un exutoire. Surtout quand on sait qu'on peut un peu orienter cet exutoire".

Il s'explique: "Il y a des gens qui ont réagi dans tous les sens face à cela. Pour certains, les criminels étaient musulmans et donc ça prouve bien la nature de l'Islam. Pour d'autres, ces criminels étaient des criminels et il ne fallait surtout pas qu'on puisse récupérer cet attentat pour aller nous pourrir la vie qui n'est déjà pas facile".

"On doit plutôt travailler au rapprochement entre les différentes communautés que le contraire. Les gens qui se sont trouvé en position de réagir à cela étaient plutôt du deuxième point de vue", poursuit Henri Goldman.

"C'est vrai que la Belgique est moins tendue que la France sur ces questions de diversité. On a aussi nos fous islamistes, mais on a peut-être pas autant de fouteurs de merde qu'en France", glisse-t-il.

"On a des amortisseurs sociaux et associatifs très puissants. Tous ces réseaux se sont mis en place en se disant que personne ne le fera. Nous, on le lance. On répond à une émotion collective et on espère que ça marchera".

 

Ci-dessous, revivez le direct commenté de la manifestation.

Live Blog Marche citoyenne à Bruxelles

RTBF et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK