Bruxelles: le collectif "Design for everyone" adapte le mobilier urbain "anti-SDF"

Des bancs publics équipés d'arceaux métalliques, des bancs avec des assises individuelles, des picots sur les appuis de fenêtre ou encore des places où il n'y a plus aucun banc public. Les membres du collectif "Design for everyone" dénoncent l'aspect excluant de certains éléments de mobilier urbain. D’après eux, certains choix en la matière traduisent une certaine vision de la société. Ils traquent donc ce type d’aménagements. Une équipe de Vews les a suivis lors d'une de leurs interventions.

"On ne sait pas si c’est uniquement les politiques ou si c’est un choix des designers qui n'ont pas réfléchi plus loin, mais cela a clairement un impact sur le vivre-ensemble, sur la manière dont les gens peuvent se rencontrer, et sur la vision de la société qui doit être propre, nette et sécure, et surtout pas trop déranger", explique Charlotte.

Avec Laurent, son compagnon, elle a fondé le collectif "Design for everyone". "Tout est né il y a un an et demi, raconte-t-elle. A la fin du dispositif d'hiver pour les sans-abris, avec un autre collectif, on a décidé d'enlever des grilles à la gare du Midi. En-dessous du pont de la gare, une série de grilles ont été installées car de nombreux sans-abris dormaient à cet endroit. Lors de la visite d'Angela Merkel, les sans-abris ont été priés de partir et des grilles ont été placées. On s'est donc dit qu'il fallait les enlever car selon nous, elles ne sont pas une solution".

Pour la petite histoire, les grilles ont finalement été réinstallées, ce qui a donné lieu à un petit "jeu" entre le collectif et la Stib. Depuis, le collectif repère des aménagements urbains qui selon eux posent problème et intervient ensuite. Charlotte et Laurent nous ont reçus dans leur atelier le jour d'une intervention. C'est sur un banc à la station de métro Gare de l'ouest qu'ils ont décidé d'intervenir. 

C'est très design mais ça ne sert à rien, à part empêcher sans doute que quelqu'un puisse se coucher dessus

"On a repéré il y a quelques semaines un banc qui nous posait question de par son design, explique Laurent. Son design fait en sorte qu'il n'y a pas d'assise plane. Ils ont ajouté des arceaux en métal, c'est très design mais ça ne sert à rien, à part empêcher sans doute que quelqu'un puisse se coucher dessus. Nous, on veut que les gens se saisissent de la question donc on a construit une structure qui va s'adapter. On va la glisser sans abîmer le banc pour lui redonner cette assise plane". 

C'est donc parti pour l'intervention du jour. Nous les suivons discrètement à la station de métro Gare de l'ouest, à Molenbeek. L'action n'étant pas du tout officielle, il ne faut pas perdre de temps, au risque d'alerter la sécurité. Très rapidement, Charlotte et Laurent posent leur structure en bois sur le banc en question. Ils la fixent avec des colsons, afin de ne pas endommager le banc. 

Provoquer le questionnement 

Intrigués, certains passants observent la scène. Comme une signature, Charlotte et Laurent laissent un petit mot expliquant leur démarche, avant d'immortaliser leur action réussie pour partager l'info sur les réseaux sociaux. Car l'objectif, c'est bien de faire se questionner les gens sur l'aménagement du mobilier urbain et son impact sur la vie de quartier. "On a posé la structure, le reste ne nous appartient plus, explique Charlotte après l'intervention. Après, c'est aux gens à regarder, à s'imprégner du questionnement et se demander pourquoi cette structure est là". 

"Avec cette action, on ne veut pas fustiger les bancs de la Stib, enchaîne Laurent. Il y a aussi la multiplication des assises individuelles, des absences d'aménagement, l'absence de bancs est parfois tout aussi révélatrice que la présence d'arceaux sur les bancs. C'est un peu tout ça qu'on interroge : ces aménagements qui empêchent différents usages de l'espace public. On a l'impression que c'est fait à l'insu de la population et pourtant cela a un impact sur la cohésion sociale dans les quartiers, sur le fait que certaines personnes fréquentent tel ou tel endroit. Nous pensons que l'on doit se saisir de cette question". 

Cela doit nous interroger sur la place des personnes en situation de précarité

Du mobilier urbain pour éloigner certaines populations comme les SDF ? La Strada, observatoire du secteur bruxellois de l'aide aux sans-abris, dit recevoir de plus en plus de plaintes concernant ce type de mobilier. Des plaintes émanant des professionnels de l'aide aux sans-abris plutôt que de ceux qui vivent vraiment dans la rue.

Même constat du côté de Murat Karacaoglu, directeur de l'ASBL Pierre d'angle, centre d'accueil de jour et de nuit pour les sans-abris. "Cela peut être inquiétant si on généralise ce genre de système par rapport uniquement aux personnes sans-abris, admet-il. Je pense que l'action de ces citoyens qui s'engagent à remeubler l'espace public, c'est d'une importance capitale. Cela doit nous interroger sur la place des personnes en situation de précarité. En tant qu'acteurs du secteur, cela doit aussi nous interroger sur la réponse à apporter par rapport à ces éléments". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK