Bruxelles: la conférence de Tariq Ramadan programmée fin novembre est maintenue

Au moins deux femmes ont porté plainte contre l'islamologue Tariq Ramadan.
3 images
Au moins deux femmes ont porté plainte contre l'islamologue Tariq Ramadan. - © MEHDI FEDOUACH - AFP

La conférence littéraire que Tariq Ramadan doit donner à Bruxelles le 24 novembre prochain est maintenue. L'islamologue suisse, qui fait l'objet d'au moins deux plaintes pour viols en France, doit présenter son nouveau livre "L'urgence et l'essentiel" (écrit avec le philosophe Edgar Morin), à la salle Claridge Events, à Saint-Josse. L'événement est organisé par l'EMN, European Muslim Network que l'intellectuel préside. L'EMN milite pour la mise sur pied d'un islam européen.

L'organisateur plaide la présomption d'innocence

Pour l'organisateur, contacté par la RTBF, "annuler ou reporter cette rencontre reviendrait à nier le principe de présomption d'innocence et à anticiper une décision de justice. Rien de tel n'est à l'ordre du jour". La conférence sera donc maintenue "à moins que", ajoute l'EMN, "le principal intéressé ne nous suggère d'agir autrement". 

Le maintien de cette conférence suscite en tout cas un débat interne au sein de l'EMN. Il faut dire que depuis deux semaines, les accusations d'agressions sexuelles visant Tariq Ramadan se multiplient et sont très lourdes. Une ex-salafiste, Henda Ayari, auteure d'un livre sur son expérience religieuse musulmane rigoriste, a raconté le viol commis il y a plusieurs années à son endroit par l'islamologue.

"Il m'a étranglée pendant plusieurs secondes"

Ce lundi matin, invitée sur les plateaux de France Info et BFM TV, celle-ci a raconté les circonstances de sa rencontre avec Tariq Ramadan et la manière dont celui-ci l'aurait agressée sexuellement dans une chambre d'hôtel. Elle confie notamment qu'au moment du premier contact physique, après plusieurs échanges via Internet, "il m'embrasse très fort, directement. Cela a été l'horreur. Il s'est littéralement jeté sur moi comme une bête sauvage. Je n'ai pas eu le temps de respirer, je me suis retrouvée sous lui (...) Je disais "non", il s'est mis en colère. Il m'a frappée très violemment, il m'a giflée très fort, ensuite il m'a étranglée pendant plusieurs secondes, j'avais le souffle coupé, j'ai vraiment cru mourir."

Après avoir pris la parole publiquement, Henda Ayari se déclare aujourd'hui menacée par les partisans de l'islamologue. Elle dit craindre pour sa vie et celle de sa famille.

Une autre femme, handicapée, a également porté plainte contre le prédicateur, pour des faits similaires. Enfin, le week-end dernier, le quotidien "Le Parisien" a rencontré une femme qui raconte avoir subi des sévices sexuels du même ordre. Dans ce dernier dossier, plainte n'a pas été déposée.

De son côté, Tariq Ramadan nie en bloc les accusations. Sur sa page Facebook, il a indiqué récemment: "Je suis depuis plusieurs jours la cible d’une campagne de calomnie qui fédère assez limpidement mes ennemis de toujours. Comme annoncé, dès lundi dernier, mon avocat a transmis au Parquet de Paris une plainte pour dénonciation calomnieuse. Une nouvelle plainte sera déposée dans les prochains jours puisque mes adversaires ont enclenché la machine à mensonges."

Une page de soutien sur Facebook

Sur les réseaux sociaux, des personnalités de la société civile, anonymes ou intellectuels se mobilisent pour apporter leur soutien au théologien. Une page "Tariq Ramadan Testimonials" a été ouverte sur Facebook. Femmes et hommes racontent leurs expériences de vie avec Tariq Ramadan le qualifiant de "bienveillant" et "respectueux des femmes".

Tariq Ramadan, 55 ans, est le petit-fils du fondateur de la confrérie des Frères musulmans. Acteur depuis une vingtaine d'années du débat sur la place de l'islam en Occident en général et en France en particulier, il est accusé par les milieux laïques de double discours et tenant d'un islam beaucoup plus fondamentaliste.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK