Bruxelles: 80 000 personnes pour la 20ème édition de la Belgian Pride

Bruxelles: la 20ème édition de la Belgian Pride haute en couleur
4 images
Bruxelles: la 20ème édition de la Belgian Pride haute en couleur - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Si le caractère festif de la "Belgian Pride" ne fait aucun doute, ses organisateurs ont également rappelé la dimension politique de l’événement, et le fait qu'il s'agit avant tout d'une manifestation contre l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie. L'objectif: fêter la différence de genre, de préférence sexuelle ou encore d'origine. Exposer la différence pour mieux l'accepter ou plutôt mieux la stigmatiser?

Selon la police locale, 80 000 personnes ont participé samedi à la vingtième édition de la "Belgian Pride", plus connue sous le qualificatif "Gay Pride". La parade des chars a débuté sous une météo maussade aux abords de la Bourse dont les colonnes étaient pour l'occasion, décorées d'une des couleurs de l'arc-en-ciel.

Alain Gerlache revient sur cet événement qui a 20 ans aujourd'hui. "C’est une héritière de toutes les luttes aux Etats-Unis pour une reconnaissance du droit à la différence. Et c’est pour cela que cela s’appelle la Pride. C’était la volonté d’être fier, d’être homosexuel. La question aujourd’hui est de savoir si cela doit être la seule manière dont l’homosexualité doit s’afficher dans les médias. Il y a d‘autre choses qui jouent comme la reconnaissance de l’homosexualité par un certain nombre de gens et montrer les difficultés qu’ils ont, mais aussi le droit de chacun de ne pas être discriminé pour ce qu’il est. Etre homosexuel, c’est normal c’est banal. Finalement, ce qu’il faut, ce n’est pas le droit à la différence mais à l'indifférence."

La parade a été lancée peu avant 15h00 à l'issue du discours d'ouverture des organisateurs de l'événement qui avait lieu en présence de responsables politiques.

"La Belgian Pride est la fête de la diversité et de l'égalité, et nous sommes fiers de défiler pour montrer qui nous sommes dans toute notre diversité. A l'occasion de ce vingtième anniversaire, nous mesurons à quel point ce qui a été accompli est incroyable même si bon nombre d'inégalités subsistent sur le plan social et juridique", ont indiqué Chille Deman, le président de l'association The Belgian Pride, et Alan De Bruyne, l'organisateur de l'événement. Les deux hommes ont notamment fait allusion à Ihsane Jarfi, victime d'un meurtre homophobe commis en région liégeoise en 2012.

"Nous plaidons en outre pour une véritable réflexion de fond sur la condition des transgenres dans notre pays qui continuent à subir des pratiques dignes du Moyen-Age de stérilisation et de stigmatisation psychologique. La Belgique doit de toute urgence modifier la loi actuelle sur la transsexualité", ont-ils encore estimé.

 

"Enfin, le gouvernement s'est engagé à renouveler le plan interfédéral de lutte contre l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie qui s'est terminé fin 2014. Nous attendons qu'il tienne à présent sa promesse et plaidons pour que ce plan devienne enfin effectif. Ceci ne peut être fait que si des moyens sont investis pour réaliser les actions promises", ont-ils conclu.

Tout s'est déroulé dans le calme

La Croix-Rouge, dont 43 secouristes étaient présents lors du défilé dans les rues de la capitale, a prodigué une vingtaine de soins et procédé à quelques évacuations sans gravité vers les hôpitaux, d'après sa porte-parole. La City Parade à Charleroi s'est également déroulée paisiblement et seules quatre personnes ont reçu des soins.

RTBF avec Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK