Brussels Airlines : pour Ecolo-Groen, les conditions environnementales de l’accord passé avec le gouvernement sont insuffisantes

Le gouvernement fédéral a passé un accord avec Brussels Airlines. Un prêt de 290 millions d’euros devrait être accordé à la compagnie aérienne qui subit de plein fouet la crise économique liée au coronavirus. Un plan social est en cours de l’entreprise et entre 3000 et 4000 emplois devraient être supprimés. Cet accord doit être soumis à certaines conditions qui ont fait l’objet de discussions en Commission Finances. Tant sur les mesures sociales qu’environnementales, Ecolo-Groen a interrogé le gouvernement.

Mesures sociales

"Concernant les conditions sociales de cet accord, le personnel et les syndicats ont fait de grands sacrifices. Avec un tel plan social tout doit être mis en œuvre pour éviter les licenciements secs. Cet accord va-t-il changer cette perspective ?" ont demandé les députés fédéraux Gilles Vanden Burre et Dieter Van Besien au Ministre De Croo. Quelles sont les garanties supplémentaires reprises dans cet accord en faveur du personnel ?, se demandent les députés, comme le souligne le communiqué.


►►► Lire aussi : Alexander De Croo : "On veut aider mais Brussels Airlines devra rembourser sur base d’une activité rentable"


Garanties environnementales ?

Par ailleurs, le communiqué d’Ecolo stipule un manque de précisions quant aux garanties environnementales de cet accord. En effet, ce dernier mentionne la nécessité pour l’entreprise d' "œuvrer pour la neutralité climatique" et le ministre de Croo a précisé que Brussels Airlines allait investir dans des avions moins polluants et moins bruyants. Mais pour les écologistes, cela ne semble pas suffisant. "Rien n’est mentionné sur les accords de Paris (neutralité carbone d’ici 2050), sur la diminution des émissions de CO2, sur la fiscalité ou sur les vols de courte distance. C’est très insuffisant aux yeux des écologistes ", selon Gilles Vanden Burre et Dieter Van Besien, cités dans le communiqué.

Par ailleurs, comme le souligne le communiqué, pour les écologistes, il y a là une occasion ratée de pouvoir discuter, au niveau européen, "de l’avenir du secteur aérien en général et de la mobilité européenne en particulier".
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK