"Bref, on a construit notre four à pizza", le projet fou d’une classe de 3e-4e primaire et de leur instituteur pendant la pandémie

Beaucoup en rêveraient, des écoliers de "Mon école" à Lierneux l’ont fait. Fait quoi ? Leur propre four à pizza, un vrai de vrai, un four à bois, coffré d'argile, plus vrai que nature, complet de dôme et de cheminée, capable de faire les meilleures pizzas du monde. Et le moins que l’on puisse dire c’est que malgré le coronavirus et ses variants, le projet a tenu ses promesses. En une année scolaire, 18 chérubins de 3e-4e primaire de cet établissement plus connu sous le nom de "L’école de l’Etat", ont projeté et finalisé ce projet dingue dans le cadre des cours de travail manuel.

15 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Creuser, faire une chape, monter des blocs, faire du ciment, construire la voûte, la sole… De septembre 2020 à fin juin 2021, la joyeuse petite bande a fait " taire quelques andouilles qui ont prétendu que les instits n’avaient rien fait de bon en cette année Corona", explique David Vaessen, leur instituteur, à la base de l’initiative.

15 images
© Tous droits réservés

"Je n’ai jamais été un grand fan des petits bricolages du vendredi après-midi, j’ai toujours préféré les réalisations un peu plus imposantes comme les créations en papier mâché et les élèves ont toujours bien accroché. Du coup, lorsqu’en début d’année scolaire, après que j’ai parlé du four à pizza que j’avais réalisé chez moi pendant les vacances, des écoliers ont lancé l’idée de faire pareil, je n’ai pas hésité très longtemps et le reste de la classe non plus", ajoute David Vaessen.

15 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Les bâtisseurs en herbe s’appellent Adam, Coco, Clément, Elona, Esteban, Jouan, Juliette, Justine, Lola, Louis, Lou-Ann, Mathis, Matisse, Milo, Quentin, Romain & Romain, Sam, Yannis, Yolan ou encore Zoé, "des petits enfants super joyeux, des gamins et des petites filles super-débrouillards. Le genre à me parler du plaisir de fendre un stère de bois pendant leur week-end", ajoute l’instituteur. "Il n’en fallait pas plus et on s’est lancé ce pari fou d’inviter les parents à manger une pizza le 30 juin en dansant sur le cadavre du Covid".

 

15 images
© Tous droits réservés

Quelques mois plus tard, le pari était réussi, avec en prime le soleil. Et des pizzas qui, de l’aveu des participants étaient vraiment les meilleures du monde, "elles étaient vraiment délicieuses, les parents étaient stupéfaits du résultat."

15 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Un très gros projet de l’aveu même de l’enseignant, avec son lot d’incertitudes et de stress aussi, "surtout pour moi, car la partie où l’on isole le tout avec l’argile était stressante car elle pouvait se fendre. Tous les matins j’allais voir que rien ne s’était fendu". Cerise sur le gâteau, et histoire de garder une trace pour les générations futures, toute cette joyeuse aventure a été relatée dans un petit film de 8 minutes qui aurait sans doute beaucoup plu à Jacques Duez, le père de "Ba-be-bi-bo-bu".

15 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Une mini-production qui n’est pas une première puisqu’en 2012 déjà, David Vaessen et sa classe de l’époque avaient fait le buzz (et participé à divers festivals) en relatant l’exercice de classement des animaux à la manière de la mini-série "Bref" de Kyan Khojandi et Bruno Muschio.

Et sans doute pas une dernière non plus, une piscine pour le 30 juin 2022 ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK