Bosnie : le chef du renseignement soupçonné d'avoir falsifié son diplôme

Le directeur du service de renseignement bosnien a été arrêté mercredi par la justice qui le soupçonne d'avoir falsifié son diplôme universitaire, sur fond de batailles politiques pour ce poste convoité dans le pays ethniquement divisé.

Osman Mehmedagic, 59 ans, patron de l'Agence de renseignement et de sécurité (OSA), est soupçonné "d'abus de pouvoir, de falsification de documents et de blanchiment d'argent", selon un communiqué du Parquet d'Etat qui a annoncé son arrestation à Sarajevo.


►►► À lire aussi : Des victimes du génocide de Srebrenica enterrées 26 ans après


Proche de Bakir Izetbegovic, le président du SDA, le principal parti bosniaque (musulman), Osman Mehmedagic avait été nommé à son poste en novembre 2015 pour un mandat de quatre ans. Mais à l'expiration de celui-ci en 2019, le principal parti serbe, le SNSD du membre serbe de la présidence collégiale bosnienne Milorad Dodik, s'était opposé à l'octroi d'un second mandat à Osman Mehmedagic, qui exerce depuis, faute d'accord, un mandat "technique" à la tête de l'agence.

Peu avant la présentation des candidatures pour le renouvellement du poste, les autorités de la Republika Srpska avaient annulé le diplôme obtenu par Mehmedagic dans une université privée de Banja Luka, la capitale de cette entité. Le chef du renseignement a par la suite présenté un autre diplôme, délivré par une université de Tuzla, aux autorités de contrôle de l'agence.

Mais le Parquet estime que le diplôme en question a été falsifié. Le directeur de l'université en cause a été arrêté en juin dans le cadre de cette affaire. Selon la presse locale, les soupçons de blanchiment portent sur l'achat par Mehmedagic de deux maisons à Sarajevo.

 

Bosnie: conditions difficiles pour les migrants (JT 27/12/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK