Bonbons, gâteaux... A consommer avec modération

Bonbons, gâteaux... méfiez-vous de certains colorants
Bonbons, gâteaux... méfiez-vous de certains colorants - © Robin Marchant - AFP

A l'approche de la Saint-Nicolas, vos enfants vont sans doute scruter attentivement leurs chaussures dans les jours qui viennent. Le patron des enfants y déposera certainement quelques friandises. Attention toutefois à certains bonbons colorés.

Bonbons, chewing-gum... consommés en trop grande quantité, ils pourraient être cancérogènes. La faute aux colorants utilisés par les fabricants pour donner un bel aspect au bonbon. L'un d'eux, le E171, aussi connu sous le nom de dioxyde de titane, est par exemple employé pour blanchir et rendre brillantes les sucreries.

C'est un risque en cas d'exposition chronique

Une enquête réalisée par l'ONG français "Agir pour l'environnement" a détecté la présence de ce dioxyde de titane sous forme de nanoparticules dans différents bonbons alors qu'ils n'étaient pas étiquetés en tant que tel. Les nanoparticules ce sont des composants 30.000 fois plus petits qu'un cheveu. Ils sont très utilisés dans les crèmes solaires, les textiles ou la peinture. L'étude de cette ONG démontre qu'ils le sont aussi dans l'alimentation.

A l'heure actuelle, les résultats scientifiques divergent quant à leur nocivité. Pour le professeur Jean-Paul Piret, toxicologue à l'Université de Namur, le danger de ces particules est qu'elles passent plus facilement les barrières du corps (intestins, poumons)et peuvent induire des effets inflammatoires, toxiques en fonction de leur taille, leur forme, si elles s'agglomèrent ou pas.

Cela dit, la présence du colorant E171 dans les bonbons de vos enfants ne signifie pas qu'il est sous forme de nanoparticules. La plupart du temps il s'agit, et la nuance est grande, de microparticules.  

L'Afsca, l'agence fédérale de sécurité de la chaîne alimentaire, de son côté, rassure. Les bonbons vendus en Belgique répondent aux critères de santé et ne présentent aucun risque de toxicité.  Pas d'alarmisme donc.

Carrefour retire certains gâteaux

Une autre série de colorants, les azoïques, sont eux utilisés pour les images imprimées sur les gâteaux. Il sont accusés d'augmenter les allergies et l'hyperactivité chez les enfants. Face à ce risque, l'enseigne Carrefour a annoncé qu'il n'y aurait plus de gâteaux personnalisés dans ses supermarchés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK