Bolsonaro rejette le confinement qui menace selon lui de ruiner le Brésil

Bolsonaro rejette le confinement qui menace selon lui de ruiner le Brésil
Bolsonaro rejette le confinement qui menace selon lui de ruiner le Brésil - © MIGUEL SCHINCARIOL - AFP

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a dénoncé mardi les mesures de confinement ordonnées face au coronavirus par différents Etats et municipalités de son pays, les comparant à une politique de la "terre brûlée" qui menace de ruiner la première économie d'Amérique latine.

"Les autorités de certains Etats et municipalités doivent renoncer au concept de la terre brûlée: l'interdiction des transports, la fermeture des commerces et le confinement massif", a affirmé M. Bolsonaro dans un discours retransmis à la radio et à la télévision.

"Nous devons maintenir les emplois et préserver l'approvisionnement des familles", a-t-il ajouté. M. Bolsonaro a minimisé les risques liés à la pandémie de Covid-19, qui a déjà tué plus de 18.000 personnes dans le monde et forcé un tiers de l'humanité à respecter de strictes mesures de confinement.


►►► À lire aussi: Notre dossier sur le coronavirus


Face à la pandémie, plusieurs Etats et villes du Brésil ont adopté des mesures de fermeture des entreprises et services publics et de confinement de la population, notamment l'Etat de Sao Paulo, le plus riche du Brésil. Mardi, le Brésil recensait 2.201 cas de Covid-19 et 46 décès.

"Le virus est arrivé au Brésil, nous le combattons et ce sera bientôt fini. Notre vie doit continuer. Les emplois doivent être maintenus. Les familles doivent continuer à vivre. Oui, nous devons en revenir à la normalité", a-t-il ajouté.

Jair Bolsonaro contre le confinement pour contrer le coronavirus: "Notre vie doit continuer" (portuguais)

Traduction de Jair Bolsonaro, président du Brésil (message posté sur son compte facebook): 
"Le virus est arrivé et nous lui faisons face, et il va bientôt passer. Notre vie doit continuer. Les emplois doivent être maintenus, les moyens de subsistance des familles doivent être préservés. Nous devons revenir à la normale." -
"Quelques États et autorités municipales doivent abandonner la politique de la terre brûlée. Interdiction de transport, fermeture du commerce et confinement de masse."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK