Boîte à poudre, pipe et cocaïne: l'hallucinant matériel d'un chaman d'il y a 1000 ans en Bolivie

Le kit complet du chaman
3 images
Le kit complet du chaman - © Juan V. Albarracin-Jordan en José M. Capriles

C'est une découverte archéologique surprenante : dans une grotte en Bolivie, un sac en peau, des boites, des spatules, une pipe à priser et des restes de cocaïne et d'autres substances psychotropes datant d'il y a 1000 ans. Ce matériel appartenait peut-être à un chaman. Il fait penser à une préparation célèbre : l'ayahuasca. Cette découverte montre que l'usage de stupéfiants à des fins rituelles, à base de plantes, était déjà courant à l'époque.

De toutes les substances modifiant la perception du réel, les psychotropes, c'est surtout l'histoire du café et de l'alcool qui a pu être écrite jusqu'à présent. Preuves archéologiques à l'appui. Pour les autres les traces sont très rares.

La découverte en 2010 d'un sac à Cueva del Chileno, dans un abri rocheux situé dans le Lípez Altiplano, au sud-ouest de la Bolivie, dans les Andes, change la donne. Les restes de cinq substances hallucinogènes différentes ont pu être identifiés dans le sac.

Le sac en peau a 1000 ans, il appartenait probablement à un chaman, selon les chercheurs de la revue scientifique de l'Académie nationale des Sciences des Etats-Unis PNAS. La grotte avait servi de tombeau, pillé mais pas entièrement, les pillards ont laissé derrière eux ce qu'ils considéraient comme des déchets. Des perles, des tresses... et quelque chose qui ressemblait à une chaussure.

Dans cette chaussure, un trésor archéologique : c'est en fait un sac de cuir composé de museaux de renard tordus, et dedans, un bandeau tressé coloré, des spatules en os de lamas, des tabatières en bois et une pipes à priser en bois décoré. Des objets datés entre 900 et 1170, ils ont donc environ 1000 ans.

Selon les chercheurs, il s'agirait du matériel d'un chaman, spiritiste ou voyant, qui rentrait en contact avec d'autres mondes et guérissait les malades. Avec des agents hallucinatoires. 

Ayahuasca, un puissant hallucinogène 

Les cinq substances retrouvées, bufoténine, diméthyltryptamine (DMT), harmine, cocaïne et benzoylecgonine, un produit de dégradation de la cocaïne, ainsi que peut-être de la psilocine, un hallucinogène issu de certains champignons font penser à l’ayahuasca, un mélange prisé par les tribus indiennes de la région amazonienne, qui ouvre l'esprit. L'harmine et la diméthyltryptamine sont effectivement les deux principaux ingrédients de l'ayahuasca.

Cette découverte permet de mieux dater l’ayahuasca dont on ne sait pas grand-chose de l'histoire. Ce mélange hautement hallucinogène est utilisé principalement en breuvage, sans doute depuis des millénaires. En voici donc une preuve archéologique d'il y a un millier d'années.

La présence de multiples plantes provenant de zones écologiques distinctes et éloignées apporte aussi l'indice de commerce de plantes hallucinogènes sur de grandes distances ainsi qu’une connaissance botanique complexe dans l'Amérique précolombienne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK