Boissons énergisantes: attention danger

Boissons énergisantes : attention danger
Boissons énergisantes : attention danger - © RTBF

Les boissons énergisantes sont une nouvelle fois mises en cause par les autorités sanitaires françaises, qui auraient établi un lien entre deux décès par crise cardiaque et la consommation de ces boissons très concentrées en caféine. Chez nous, ces boissons surmédiatisées ont aussi la cote.

Pour beaucoup de jeunes, ces boissons sont complètement entrées dans les mœurs, que ce soit pour tenir le coup pendant les examens, ou encore en soirée où elles sont souvent  mélangées à de l’alcool, ce qui renforce encore le risque. De  l’énergie liquide qui stimule l’esprit, mobilise les énergies et "donne des ailes", voilà la promesse que la publicité lance aux jeunes. Difficile de passer à côté : "Ils font de la pub partout, surtout  dans le sport, sur internet ou en soirées", explique un jeune quidam attablé avec des copains.

En quelques années, les boissons énergisantes sont entrées dans les habitudes des consommateurs qui  souvent surconsomment, sans conscience du danger. Pour Jean Neve, professeur en pharmacie à l’ULB et président du Conseil supérieur de la Santé, "si on consomme une ou deux cannettes, il ne devrait pas y avoir de problème puisque cela équivaut à deux tasses de bon café. Mais il faut faire davantage attention si on est sensible à la caféine, enfant, femme enceinte ou encore femme allaitante. L’effet pervers signalé récemment est l’association de ces boissons avec l’alcool". 

En France deux nouveaux décès par crise cardiaque sont imputés à la consommation inappropriée de ces boissons. Régulièrement, des problèmes d'ordre psychiatrique sont également signalés : "parmi les effets constatés, même après consommation d’une seule cannette, on note un accroissement de l’anxiété", précise Jean Neve.

Seule l’Europe peut légiférer

En Belgique, le Conseil Supérieur de la Santé réclame une législation plus stricte pour encadrer la consommation de ces boissons, mais libre circulation des biens oblige, seule la commission européenne est compétente pour légiférer.

L’exemple d’une marque bien connue

Le Red Bull est fabriqué et mis sur le marché en Autriche en toute légalité. Voilà pourquoi "il doit pouvoir circuler librement sur l’ensemble du marché européen", explique Carl Berthot, chef de service "denrées alimentaires" du SPF Santé publique. "La seule façon de pouvoir agir vis-à-vis de ce produit serait de démontrer qu’il y a un risque majeur pour la santé du consommateur. Or toute une série d’études démontrent que ce n’est pas le cas lorsque la boisson est consommée de façon correcte", nuance encore Carl Berthot.

En l'absence de législation, on retiendra deux règles majeures :  limiter sa consommation, et ne pas la combiner avec de l'alcool.

I.L. avec Julie Morelle