Bleri Lleshi: "La population ne se rend pas compte du racisme"

Bleri Lleshi: "Il y a aussi du racisme dans le marché de l’emploi, contre des étudiants quand ils recherchent un kot…"
Bleri Lleshi: "Il y a aussi du racisme dans le marché de l’emploi, contre des étudiants quand ils recherchent un kot…" - © Tous droits réservés

Bleri Lleshi, philosophe et militant à l'origine d'une campagne contre le racisme ordinaire en Flandres, était ce mardi matin invité dans Matin Première. Pour lui, il y a un problème de racisme en Belgique dont la population n’est pas assez consciente…

Bleri Lleshi a lancé une campagne de récolte de témoignages sur le racisme de tous les jours dans les réseaux sociaux, #dailyracism.

Pour le militant, "en Belgique il y a un problème de racisme. Je ne tire pas de conclusion sur base des témoignages que j’ai reçus… Mais sur base des chiffres, les chiffres du marché de l’emploi, de l’enseignement, il y a une discrimination…". Le plus grand problème pour lui est "qu’on ne peut pas avoir un débat si on n’est pas conscient du problème. Et là on n’en est pas conscient. La majorité des gens ici sont 'Belges' et ne se rendent pas compte de ce qu’est le racisme. Il faut réaliser qu’il y a du racisme et ce qu’est le racisme".

Que disent les témoignages récoltés sur les réseaux sociaux ?

"Il y a des mots: ‘nègres’, 'macaques’, ‘retourne dans ton pays’, explique Bleri Llheshi. Il y a aussi du racisme dans le marché de l’emploi, contre des étudiants quand ils recherchent un kot… Dans l’enseignement les histoires sont choquantes. Des petits garçons qui sont mis de côté. C’est le plus grave parce que ça vient d’un adulte contre un enfant, d’une institution contre un enfant. Il y a beaucoup de témoignages dans ce sens… C’est choquant de voir que ces personnes ne racontent ça que maintenant…"

Et d’ajouter: "Dans l’enseignement, on parle encore du colonialisme d’une manière très positive. Cette supériorité blanche existe toujours, c’est dans l’inconscient collectif".

Mais que faire ? "Comme citoyen, on a un rôle à jouer, on doit être conscient et ne pas tolérer ce racisme. Tous les Belges ne sont pas des racistes, pas du tout. Et la chose la plus importante au niveau des politiques, c’est d’avoir une loi plus forte. Dans le marché de l’emploi, de l’enseignement, on doit prendre des mesures concrètes. Mais en Flandre, la N-VA dit tout le temps non à ces mesures…"

J.C.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK